Menu

Interview : Vielikan

User Rating: 0 / 5

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 

   Vielikanune formation Carthaginoise qui vient pour la gloire de la scène Metal tunisienne, après plusieurs apparitions scéniques lors du Festival Accor de Guitare, FMG, Rock a Ksibet… le groupe a prouvé qu’il fait du lourd, chose prouvée par les chroniques et les feed-backs positifs…
Fedor
répond a nos questions en toute courtoisie et nous dévoile quelques secrets sur Vielikan

Shylock : Pour les lecteurs qui ne connaissent pas encore Vielikan, pourrais-tu nous décrire en quelques mots la musique, l'ambiance et l'atmosphère lyrique qui s'en dégage ?

  
Fedor : Tout a fait, Vielikan s'oriente vers la "voie" lyrique et cultive une multitude de germes allant de l'angoisse appaisante à la clarté lugubre, stimulant ainsi des sentiments contraires et dérangeants.


Shylock : Je vois que les gens ont bien du mal à classer Vielikan dans une catégorie précise de Metal. Death progressif par-ci, funeral doom par-là, et bien d'autres étiquettes vous sont collées et même superposées... Comment vois-tu les choses ?

  
Fedor : Notre musique est basée sur une fusion qui rassemble la plupart des genres et sous-genres de de Metal ainsi que d’autres styles musicaux... Cependant les fondations de la composition musicale de Vielikan à toujours été plongée dans la sphère Death Metal.
Les gens parlent souvent de Doom, voire Funeral Doom et ceci est, d'après moi, dû au fait que notre Death Metal est contenu dans une enveloppe opréssante et macabre.
Je pense qu'il a toujours été difficile de définir un style précis à un groupe qui présente, disons, moin de 5 titres, surtout lorsque ce dernier explore de manière lunatique l'ambiance qu'offre chaque genre et sous-genre de Metal, il est alors pour moi normal que certains avis concernant notre style musical soient mitigés.
Lorsque je compose, je compose du Death Metal. Le reste m'est égal, du moment que le groupe est satisfait de notre production.



Shylock : Es-tu satisfait de l'accueil que le public et les webzines ont réservé à l'EP de Vielikan, Emotional Void ?

    Fedor : Oui, les articles de "Emotional void" que j'ai eu l'occasion de lire ont chacun une vision très différente de notre musique. Personnellement j'aurais été déçu si tout le monde voyait la musique de Vielikan de la même manière. Néanmoins, l'identité du groupe est perçue d'un même regard.


Shylock : A la lecture des chroniques d'Emotional Void écrites par des webzines étrangers, on peut voir que, très souvent, les chroniqueurs semblaient déçus que vous n'ayez pas incrusté la musique orientale dans vos compositions. On a l'impression qu'il y a d'énormes préjugés quant aux groupes venant de pays "exotiques" arabes, ou bien l'oriental est-il à la mode ? Comment réagis-tu à cela ?

   Fedor : Stéréotypes.
Le problème vient du fait que le monde du Metal s'attend à ce que les orientaux produisent de la musique imprégnée de leur culture. Et c'est effectivement ce qui se passe ! Ils ne font que répondre à ces demandes (en croyant "réussir" grâce à cela) sans maitriser la fusion du Metal avec leur musique traditionnelle.
A ma connaissance, seul Orphaned Land ont su combiner les deux de manière intelligente. Le reste des groupes ne font qu'utiliser "l'oriental" de manière incohérente, peu originale et surtout répétitive : ce sont des clones.
Effectivement Shylock, l'exotisme est toujours à la mode, et le Metal n’est pas épargné !



Shylock : On a déja ressenti l'influence de la musique traditionnelle russe et tzigane dans l'EP de Vielikan qui vient sans doute de vos origines russes, Khalil et toi. Doit-on s'attendre à une empreinte russo-tzigane plus marquée dans les nouveaux titres de l'album à venir ?

   Fedor : L'épiderme russo-tzigane et tunisien y seront présent de manière homogène mais imperceptible car Vielikan désire s'éloigner de ces stéréotypes.


Shylock : Les compositions de Vielikan sont relativement longues avec une moyenne d'environ 8 minutes par titre et une structure progressive. Pourquoi ce choix ?

   Fedor : Pour moi les paroles d'une musique sont comme l'évolution d'un récit, rien ne devrait se répéter ; il faut constamment évoluer vers de nouveaux éléments où l'ennui ne devrait pas avoir sa place. Sachant que c'est à partir des paroles que la composition musicale se fait, celle-ci suivra donc la même lignée "asymétrique". C’est ce qui explique la durée des morceaux.
Aimer lire c'est forcément ne pas avoir peur des 400 pages d'un ouvrage. Il en est de même pour la musique.



Shylock : Ne risque-t-on pas de vous voir revenir vers des structures de composition plus classiques du genre "intro-A-B-Solo-A-B-Outro" ?

  
Fedor : Vielikan s'oppose formellement à ce genre de structure.


Shylock : C'est toi qui écris les paroles de Vielikan. As-tu un message à faire passer, une vision que tu voudrais transmettre à travers ce que tu écris et chantes ?

  
Fedor : L'influence et la domination quasi-suprême des émotions sur la raison.
Je ne peux en dire plus, je préfère laisser assez de liberté et d'interprétation à chacun. Cela noue d'après moi un lien intime entre l'auditeur et la musique.



Shylock : Le bruit qui court est que Vielikan nous réserve de grandes surprises dans A Trapped Way For Wisdom...

  
Fedor : Le bruit court vite...


Shylock : On a lu ici ou là que tu considérais Vielikan comme la continuité naturelle, ou plutôt l'aboutissement de Death Awakening, ton premier groupe fondé avec Ralph Jerbi. Peux-tu me dire quels sont les vestiges de Death Awakening que l'on peut découvrir dans Vielikan ? La filiation entre les deux ne semble pas si évidente...

   Fedor : Entre Death Awakening et Vielikan il y a toute une progression à travers plusieurs d'autres projets, et c'est en se penchant sur cette évolution que la filiation entre les deux devient parfaitement logique : c'est la composition qui va se mouvoir vers celle d'aujourd'hui.
Il faut savoir que Death Awakening a muté en Ethereal Travel, lui même en Ethereal et finalement en Vielikan.



Shylock : Death Awakening était sans aucun doute le groupe tunisien qui a connu le plus grand nombre de line-up différentes en quelques années d'existence. Je crois bien que Death Awakening a eu plus de changements de membres en 5 ans d'existence que Death en 18 ans ;-P (NdLR : Il y en a eu tellement qu’il était impossible de se souvenir de tout le monde pour les lister sur le MySpace de Death Awakening)... Mais avec Vielikan, j'ai l'impression qu'il y a enfin une stabilité de la line-up. Qu'est-ce qui a changé ?

   Fedor : Lorsque j'ai fait partie de certains groupes (dont je n'étais pas fondateur) j'ai, je crois, atteint le plus haut point de mésentente avec les autres membres. En répétition à cela, et très paradoxalement, s'est opéré en moi un changement radical de caractère, c'est à dire que j'ai banni (complètement je l'espère) l'état de nervosité.
Suite à cela, j'ai eu la chance de trouver des membres correct et respectueux les uns envers les autres (ce qui est, je t'assure, RARE). C'est pourquoi la line-up de Vielikan n'est pas prête de changer.


Shylock : Que ce soit dans Vielikan, ou dans Severe Agony avec Ralph Jerbi, tu composes actuellement du Death Metal. Mais dans le Metal, n'y a-t-il que le Death qui vaille ? A part ça, quelles branches du metal apprécies-tu à l'heure actuelle ?

  
Fedor : J'apprécie tous les genres de Metal mais j'affectionne particulièrement le Death Metal. Pourquoi? Tout simplement car c'est tout d'abord une préférence qui a évolué en moi avec le fil des années et, selon moi, c'est le genre où le champ de composition est le plus vaste qui soit. La composition n'y est nullement conditionnée par des codes contraignants.


Shylock : Avec Vargaborg, tu t'es dirigé vers la parodie du Black Metal, et on dirait plus un massacre drôle mais haineux qu'un hommage teinté d'humour. Quels sont tes sentiments en ce qui concerne ce genre musical ?

  
Fedor : De manière globale et générale? C'est pour moi une musique idiote et stupide pour des crétins.


Shylock : Et pourtant, je me souviens qu'à l'origine, Death Awakening était un groupe de Black Metal. Dans tes premières compositions, en plus d'une sensible influence de Death, et de Slayer à la batterie, ta musique était très marquée par l'influence de Dimmu Borgir, notamment dans les claviers, la guitare, le chant.

  
Fedor : Ah tu m'as eu là; oui effectivement les tout débuts de Death Awakening étaient dirigés vers une musique comportant de nombreux éléments provenant du Black Metal. Mais à cette époque (qui n'aura duré qu'une année) je dois dire que j'étais un gosse idiot et stupide qui écoutait une musique de crétins.


Shylock : D'ailleurs cela fait bien longtemps qu'on n'a pas entendu ta voix aigüe... C'en est fini ?

  
Fedor : Non mais elle se fera très rare. La voix aigue ne m'inspire plus rien, sauf exception, dans certains passages que ce soit dans Vielikan ou Severe Agony.


Shylock : Avec Old Crow, vos compositions étaient assez teintées "Metal New Wave" mais tout en étant ancrées dans le bon vieux Death. Que penses-tu de cette influence grandissante du groove metal et du metalcore sur la scène mondiale ? Phénonmène commercial de rajeunissement ou vague de fraicheur innovante ?

  
Fedor : Le Metal à toujours été "puissant", ce n'est pas cette vague de "groove" ou de "metalcore" qui a rendu le Metal puissant. Le Metal a toujours connu du groove dans n'importe quel style et la chose était utilisé de manière équilibrée. Il n'a donc rien d'innovant ! Le metalcore et ces conneries n'ont fait qu'une chose : tout les titres d'un album sont bourrés de rythmique sans s'arrêter avec une production sonore éclatante et surcompressée a éclater les oreilles tellement la "puissance" prend le dessus. Répétitif et ennuyant. La "puissance" perd sa valeur a force d'être surabondante.
Ce genre de style se commercialise d'une manière spectaculaire. Les groupes ne se font plus de fric en produisant des albums mais surtout avec des tournées, et je pense que ce genre de musique attire la plupart des gosses qui s'en foutent de la musique et sont là seulement pour sauter dans tout les sens sans même comprendre pourquoi. Et il y en a des masses…


Shylock : On a pu écouter sur ta page MySpace personnelle pas mal de nouvelles compositions instrumentales qui n'ont rien à voir avec le Metal. Peux-tu nous en dire un peu plus ?

   Fedor : Cette musique est dédiée à un autre chemin sur lequel une partie de moi désire s'épanouir. C'est plutôt de l'instrumental, teinté de tzigane ou d'atmosphère spirituelle je dirais.
J'ai toujours été attiré par la musique de jeux-vidéo (tel que Fallout, Diablo, Baldur's Gate, Daggerfall et passons) qui m’a également inspirée pour ces compositions. C'est en quelque sorte un "refuge" et même un repère car ces morceaux sont en fin de compte la base de la composition que je produis dans Vielikan.



Shylock : Y'a-t-il quelque chose de prévu dans cette voie ? Doit-on envisager une réorientation totale de ta composition qui te ferait quitter le metal ?

  
Fedor : Mes parents et ma fiancée ne cessent de m'encourager dans cette voie. Je t'avoue que je me demande moi même si effectivement un jour je ne finirais pas par m'orienter vers ce style, voire vers une voie musicale religieuse, qui pour moi, est d'une beauté indescriptible.
Mais non, je pense que j'ai encore une bonne vingtaine d'années à suivre dans le Metal.


Shylock : Quels sont les musiciens que tu apprécies particulièrement et pour qui tu as beaucoup de respect ?

  
Fedor : Chuck Schuldiner, Mikael Akerfeldt, Slim Dridi.


Shylock : Je crois que le public est assez intrigué par ce mystérieux marécage noir (Black Marsh) qui revient sans cesse... Qu'est-ce que cela symbolise ?

  
Fedor : Cela symbolise Vielikan. C'est l'image parfaite et exacte qui décrit de manière "matérielle" ou plutôt "visuelle" toute la composition.


Interview par Shylock
en Octobre 2009




You have no rights to post comments

The most visited gambling websites in The UK