Logo

Interview : Sawlegen

User Rating: 0 / 5

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 

   Sawlegen une formation marocaine qui a su se démarquer avec son Black Metal Symponique enrobé de quelques touches orientales... Ce a besoin d'un peu attention de la part des personnes qui veulent voir la scène maghrébine évoluer car c'est un début qui fait parler de lui même... 

Xul : Sawlegen, une formation marocaine de Black Metal qui vient de donner naissance à son premier opus en novmebre 2007 sous le nom de "Stories From an Old Empire". Mais je ne pense pas que cela est suffisant, peux tu présenter Sawlegen à nos lecteurs?

   Redouane : Sawlegen est juste le nouveau nom d’un groupe qui existait déjà, depuis 2004 sous le nom Red Tears. Nous sommes parmi les quelques groupes qui ont lutté pour « survivre ». Malgré le manque de moyens, d’occasions et presque de tout ce qui encourage, sawlegen essaie de continuer à produire de la musique et nous n’attendons rien en contre partie. Après un début à la normale, comme toutes les autres formations débutantes, nous avons pris notre chance pour convaincre le public assoiffé de bonne musique, nous avons essayé un style qui n'était encore jamais vu sur la scène de la capitale, à savoir le metal extrême, et plus précisément, le symphonique black metal.
Quelques mois après, nous avions été remarqués d'ailleurs. Casablanca, comme on la surnomme "Moroccan Metal City", connait plusieurs concerts durant toute l'année, nous avions été invités pour y jouer, et ça a été !



Xul : Pourquoi, vous avez changé le nom du groupe de Red Tears à Sawlegen ? Et pourquoi Sawlegen en tant que nom de groupe ? Un message à transmettre à travers ce nom ou ça réfère à quelque chose ?

   Redouane : Ça reflète ce que dégage notre musique, ce qui émane de notre culture... Avec "Red Tears" le groupe s'était déjà fait une place sur la scène marocaine, je dirais même que le public marocain s'était habitué à crier ce nom souvent lors des concerts... Des concerts où Red Tears était trop connus pour leurs reprises Black Metal... Après avoir commencé à composer, l'idée nous est venue comme ça, il s'agit tout simplement d'une ouverture sur un style qui nous est propre.


Xul : Quelle est la relation entre le mot Sawlegen et la musique de Sawlegen ?

   Redouane : Le point de convergence entre les deux est la touche orientale qui définit le nom du groupe et qu'on trouve dans chaque titre de l'album


M.G.B.S. : Mais pourtant Mustears ne sonne pas vraiment orientale d'après ce que j'ai observé. Ni la plupart de Darkness Be My Bride qui sonne plus latine avec son intro guitare. Nous pouvons en somme dire que les trois premiers titres de l'album sont dépourvus de toute touche orientale

   Redouane : J'avoue que l'album n'est pas purement oriental, cette remarque est à sa place... Hormis Mustears, Drakness Be My Bride, le tout ou presque sonne oriental. Les 2 1ers titres ont été composé intégralement par HAMZA (le claviériste) qui, lorsqu'il compose tout seul, il ne prête pas du tout attention à ce que ça pourrait donner au final, contrairement à ADIL (Guitariste)  qui quant à lui tient vraiment à ce que ça sonne Arabe. C'est à peu près pourquoi nous nous définissions comme formation d'Experimental Metal, notre musique reflète en quelque sorte ce que nous écoutons.


M.G.B.S. : En parlant de style propre, peux tu nous décrire la démarche de Sawlegen pour le processus de composition ? Quelles sont vos influences pour ce processus ?

   Redouane : Comme cité, nos influences sont "éparpillées" par-ci par -là, ça varie entre Melechesh, Orphaned Land, Opeth, Dimmu Borgir... On essaie quand même de nous éloigner le plus possible de la musique que nous écoutons, cherchant de nouvelles sonorités et de nouveaux riffs qui peuvent nous distinguer par la suite...
Et comme vous pouvez le constater on peut trouver plusieurs morceaux dans le même titre.



M.G.B.S. : En parlant de Dimmu Borgir, parfois on sent une inspiration trop prononcée qui pourrait nuire à l'originalité que le groupe cherche à atteindre. Cela se remarque surtout sur les titres Troyan Licorn et Tortured Souls. Qu'en pensez vous ?

   Radhouane : Peut être, sur Tortured Souls. Mais je crois que cette inspiration ne pourra pas trop nuire à ce que nous produisons comme musique, chaque personne qui écoutera ces deux morceaux et précisément Troyan Licorn, pourra noter que le timbre Dimmu est légèrement présent mais que celui de Sawlegen est plus dominant, ce qui nous éloigne de cette théorie. Après tout ce travail, nous sommes persuadés d'atteindre l'originalité que nous cherchons... Sur le prochain album (Qui sait ?), qui sera sûrement plus travaillé, plus recherché, plus symphonique tout en gardant la touche orientale qui est notre marque de fabrique en quelque sorte.


Xul : Avant de parler de votre prochain album, parle nous des paroles de ‘Stories From an Old Empire’. Quels thèmes traitez-vous dans l’album ? Et pourquoi le choix de ‘De Profundis Clamavi' qui est un nom d’un poème de Charles Baudelaire.

   Adil : Les thèmes traités dans nos morceaux parlent de l'histoire ancienne d'une manière métaphysique... Il ne faut pas oublier qu'on fait du Metal et non pas du Rap, on ne cherche pas à introduire la religion, ni les problèmes sociaux ou même les conflits internationaux dans nos textes. On lie importance à la musique plus qu'aux lettres...
Quant à De Profundis Clamavi, c'est en fait un cadeau de notre Lyriciste Faiçal, c'est un ami du groupe, il a écouté et apprécié cette song, et décidé de s'en écrire les paroles... Il faut avouer que c’est un fan de Baudelaire.



Xul : Concernant le Cover de votre album, d'où vient l’idée ? Et quelle est sa relation avec l'esprit Sawlegen ?

   Redouane : Pour ne rien vous cacher, nous n'avons presque rien dit à celui qui l'a conçu... Nous avons juste demandé que ça suive le même concept, celui de la culture arabe, tout en introduisant notre cher logo, ceci abrège et résume ce que contient Stories From An Old Empire. Ça aurait eu plusieurs significations si on avait mis un cover noir par exemple. L'image joue un rôle attractif et descriptif en même temps et on espère que ça plaira à nos chers fans !


M.G.B.S. : Comment sont les échos sur votre album ? Et comptez vous contacter des Labels ?

   Adil : Notre album est très sollicité de la part de nos amis, et de toute personne qui l'écoute pour la première fois, les avis sont pas les mêmes certes, mais on constate que les gens ont apprécié le travail réalisé vis-à-vis au manque de moyens qui est malheureusement notre grand empêchement d'aller de l'avant de cette musique et donner une meilleure qualité sonore pour plaire au large public jusque là on a pas encore entré en contact avec  des labels, puisqu'on est persuadé que la qualité du produit est fortement recommandée par ces derniers, on essayera de trouver des solutions pour résoudre ce manque et ainsi frapper à la porte de ces derniers


M.G.B.S. : Sur l'album, on note la présence de deux versions acoustiques qui le clôturent, Streets Of Agrabah et Melancophoria. Ces deux titres en question semblent assez mal travaillés par rapport au reste des titres et ce n'est pas du meilleur effet. Pourquoi les avoir placés et pourquoi en fin d’album ?

   Adil : Ces deux derniers titres viennent d'une part pour clôturer l'album et d'une autre pour laisser à l'auditeur un moment de trouver un espace calme où il pourra imaginer une suite, une modification ou une introduction à ces titres...je crois pas qu'ils sont mal travaillés, je dirai qu'ils sont simples et fluides, car comme vous le savez y'a des gens qui n'apprécient pas trop les guitares hurlantes, et peuvent trouver refuge dans celles-ci.  


M.G.B.S. : Comme vous l'avez dit précédemment, vous réfléchissez à un prochain album qui serait plus symphonique, plus recherché et toujours aussi oriental. Avez vous déjà commencé à y travailler et Comment voyez vous le futur de Sawlegen ?

   Adil : Comme on a déjà précisé, notre prochain album sera le comble, il comportera des graines de toutes les influences, et viendra pour renforcer notre présence sur la scène metal marocaine...
On est optimiste, y'a un équilibre dans la formation, ce qui nous rend motivés à travailler et donner le meilleur de nos mêmes pour atteindre notre objectif.
Notre sac à apas contient pour le moment 5 compos déjà finalisées mais pas encore enregistrées.



M.G.B.S. : Le style que vous avez adopté place dans un registre hautement concurrentiel... Beaucoup de groupes se tournent vers l'oriental ces derniers temps. Des groupes arabes surtout mais aussi européens. Un avantage pour faire connaître cette musique riche mais peut être un inconvénient qui empêcherait le groupe de se démarquer de la masse. Qu'en pensez vous ?

   Adil : La concurrence dans le milieu musical est présente depuis toujours, faut savoir comment se frayer un itinéraire personnel qui pourra par la suite différencier sa musique de celle d'autrui, outre la qualité et la conception des riffs ainsi que la touche de tel groupe ou autre, mène à se démarquer de la masse et pourquoi pas créer un nouveau style regroupant plusieurs styles...


M.G.B.S. : Pouvez vous nous parler un peu de votre apparition au festival "Boulevard Des Jeunes" en 2006 ?

   Adil : Notre apparition au Boulevard des jeunes musiciens était en 2006, après qu'on ait retenu notre dossier de candidature qui à l'époque comprenait 4 titres et une vidéo live.
Ils nous ont appelé qu'au denier moment (à la dernière semaine avant le début du Fest). On s'est bien préparé pour l'événement, ayant pour objectif de remporter cette édition, qui était équilibré au niveau des choix de groupes participants.
Joué au boulevard n'est pas donné à tout le monde, avec une telle scène et un aussi grand public... On a ressenti une chaleur et une rage lors de notre prestation qu'à partager même le public assistant à ce Fest... à vrai dire la sonorisation a joué à notre faveur, mais le temps était le facteur (-), qui nous a pressé à jouer les 4 titres successivement sans laisser d'écart entre chaque morceau.  Le comble de cette soirée, qu’on n’oubliera jamais, était de voir les Moonspell à quelques mètres de nous, sous le charme de leur atmosphère musicale pesante et la voix envoûtante de Fernando on a pas pu le réaliser jusqu'aujourd'hui.


   Redouane : Je pense que le groupe aurait pu remporter cette édition s'il y avait eu des balances juste avant de commencer la compétition. Tous comptes faits, c'était une très bonne expérience que l'on aimerait réessayer !



M.G.B.S. : Quel est votre point de vue sur la scène arabe en général et Marocaine en particulier ?

   Redouane : Le Metal est en train de prendre de l'ampleur, les festivals deviennent de plus en plus fréquents, ce qui est bien... d'un autre point de vue, la masse est constitués spécialement de jeunes et d'étudiants, ceci dit, manque de moyens et travail "sérieux" mais ça peut se résoudre, ça vient... si seulement les autorités pourraient nous venir en aide, et nous faciliter les conditions d'organisation d'événements, pour le reste on se débrouille pas mal, et c'est comme ça que ça se passe partout dans les autres pays arabes je pense. La scène Metal occidentale a une large avance sur la nôtre, cela ne veut pas dire que notre musique est mediocre, parfois ce qui l'empeche de faire apparition est la societé arabe elle même qui est plus conservatrice et qui tolère peu que nos jeunes puissent faire de la musique de cette manière qu'ils estiment farouche


M.G.B.S. : Merci Sawlegen pour ce temps que vous nous avez consacré. A vous l'honneur de clôturer cette interview avec le mot de la fin.

   Adil dit : Ca nous fait énormément plaisir que nos frères tunisiens s'intéressent à notre musique et nous consacre tout un bloque dans leur webzine.
Vous faites du bon travail, en montrant de nouveaux groupes et en donnant importance à la scène Metal arabe, qui souffre de manque de promotion, et de négligence de la part des autorités locales.
Un jour le Metal arabe trouvera place parmi les grands et montrera ce que nous avons dans le ventre.
Espérant vous revoir bientôt, soit chez nous ou chez vous on souhaite à votre webzine longue vie et continuité... vous êtes sur la bonne voie. Encore Merci.



Interview par Xul & M.G.B.S. Janvier 2008
(MSN)




 

© Metal Waves VptV 2007-2016