Menu

Live Report : 3ème édition du Festival Accor de Guitare (7 février 2009)

User Rating: 0 / 5

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 

    Deuxième journée du Festival Accor de Guitare, après une première journée plutôt réussie, tant au niveau des groupes qu’au niveau de l’organisation.

 

 

La deuxième journée commence à 13h, le groupe Extinction du Kef a informé l’organisation concernant sa ‘non participation’ pour des raisons purement personnelles, et pour éviter l’attente entre 13h et 14h l’organisation a préféré décaler d’une heure avec Tiara, une formation de Bizerte jouant un Death Metal mélodique à la Dark Tranquillity.
Parlant de Dark Tranquillity, les Tiara ont repris deux titres de ce groupe légendaire ; Feast Of Burden et The Same, dommage que le groupe ne dispose que d’un seul guitariste, chose qui a un peu gâché les titres. Malgré le fait que la formation est récente, le groupe est passé à un autre niveau : la composition, et on a eu l’occasion d’écouter deux compos intitulées Reanimation et Love Thing. A vrai dire, rien d’exceptionnel ou de spécial à noter, les riffs pas trop en harmonie, la batterie pas très au point, et un chant qui a connu une légère amélioration par rapport aux montées précédentes du groupe. Le titre Love Thing n’est toutefois pas vraiment accrochant, le chant étant totalement absent, on sent une certaine monotonie s’installer, et le titre sonne assez creux en fin de compte.
Pour clôturer cette montée, les Tiara ont joué une autre reprise, cette fois-ci Come Cover Me des Nightwish. Un jeu plutôt correct en tout, seuls quelques soucis au niveau du synthé.

Petite pause permettre au groupe suivant de s’installer. Il s’agit d’une autre nouvelle formation, nommée Kinetic Energy, et qui nous vient cette fois-ci du sud tunisien et plus précisément de Gafsa.
En raison de l’absence de leur chanteur, ils ont choisi de jouer principalement des reprises de Metallica. So What, Enter Sandman, For Whom the Bell Tolls faisaient partie de la liste, et à vrai dire, le chant était le point le plus faible du groupe. On a eu droit aussi à une reprise des Pink Floyd, Another Brick In The Wall (Part 2), que le groupe a déjà joué au passé, et là encore, le résultat n’est pas du tout convaincant, tant au niveau du chant qu’au niveau des guitares.
Pour terminer, ils ont joué une composition intitulée My Enemies. En voyant le tag que s’est donné le groupe (Death Metal Oriental), ce titre-là s’approche le plus de cette description, mais seulement pour la partie ‘orientale’.
Il y a encore du travail à faire, que ce soit au niveau de la présence sur scène, de la communication avec le public, ou au niveau de l’exécution de la musique elle-même.

Encore une pause avant de voir les Schizophrenia (du Kef) sur scène. Ce groupe est apparemment très réclamé par le public présent puisqu’il s’est tout de suite mis à bouger.
Contrairement à ce qui est mentionné (Death Metal), le premier titre, Hammer Of Ten Stones, est annoncé comme étant du "Core Metal" par le batteur, mais à vrai dire les influences Metalcore ne se font pas trop ressentir à part quelques passages.
Pareil pour le titre suivant Bloody Girls, sauf que là le côté ‘core’ se fait beaucoup plus visible. Le point faible du groupe réside dans le chanteur, un chant qui est loin d’être core, on le sent en arrière plan par rapport aux instruments surtout dans le titre Raped In Your Home.
Le groupe a repris Master’s Apprentice d’Opeth, on ne peut pas qualifier cette reprise de parfaite, non plus de médiocre mais personnellement je ne pense pas qu’un groupe pourra un jour reproduire un titre d’Opeth comme il le faut. Cette reprise a fait bouger un peu le public mais je n’ai pas du tout apprécié les parties chant clair qui nécessitent vraiment une révision, pour ce qui est du chant growlé, il me semble bien exécuté.
Les Schizophrenia méritent un applaudissement pour leur prestation, mais peut-on parler d’une évolution par rapport à l’édition précédente ? À vérifier pendant le FMG

Semyblues, retenez bien ce nom ! Le projet d’un jeune guitariste virtuose originaire de Sfax, Samy Kharrat, musicien talentueux, vif et actif qui fait sa première apparition sur scène, pendant le Festival Accor de Guitare, avec un répertoire Rock dans les veines de Malmsteen et surtout de Joe Satriani, d’ailleurs Samy imite Satriani dans son show surtout en portant des lunettes de soleil et en faisant des gestes et des mouvements très similaires à ce que fait ce dernier pendant ses spectacles.
La musique de Semyblues est très riche, variée entre rock néoclassique et des parties Speed et Power, des soli à couper le souffle et des mélodies bien recherchées… Ce guitariste est bourré de talent !
Il a joué plein de titres, en allant de ses propres compositions comme First Step, pour arriver à des reprises : Steve Vai (Crying Machine) et Joe Satriani (Summer’s Song et Circus).

Concernant Anas Abid, il a déjà mentionné sa non-participation à ce Festival pour des raisons personnelles.

Ensuite c’est au tour de Trio, un autre groupe du Kef composé de 3 membres de Schizophrenia, de monter sur scène. Le groupe joue du Progressive Metal avec des touches orientales. Une prestation unique avec une musique expérimentale (instrumentale) qui nous rappelle les Liquid Tension Experiment. Les 3 membres maîtrisent bien leurs instruments mais ils dorénavant ils devraient penser à bouger un peu plus sur scène, histoire de remplir cette sorte de vide causé par l’absence du chant.

Le moment tant attendu de la soirée, disons aussi le groupe phare de cette deuxième journée, Slim Abida Bass Project. Un show hors normes et des musiciens de session qu’on n’a pas vu pendant les auditions. Les instruments varient entre kanoun, trombone et saxophone, sans oublier les instruments de base dont surtout la basse sur laquelle est basé tout le travail.
Le groupe commence sa prestation avec Crazy, un titre avec une tendance Jazzy qui annonce déjà très bien à quel haut niveau de composition il faut s’attendre.
Pour le deuxième titre, Stronger, Slim a fait appel à un saxophoniste et à un tromboniste, pour entamer un morceau à tendances Reggae très prononcées.
Ils enchaînent avec d’autres morceaux, toujours très variés, pour rejouer Stronger une deuxième fois à la fin, cette fois-ci en faisant appel à un chanteur.

Loin du Metal et du Rock, les Metis éblouissent le public avec une atmosphère bien originale avec leur World Music très personnelle. On trouve dans cette formation Rabeh Hacheni, chanteur/guitariste du groupe Hajin qui a marqué tous ceux qui ont suivi l’édition précédente du FMG.
Le premier morceau est un hommage à Mehdi Mzali, un ami au groupe décédé deux semaines plus tôt. Les reprises et les compositions s’ensuivent, toutes d’une qualité à couper le souffle !
Même si la musique des Metis est très différente de tout ce qu’on a déjà vu pendant cette édition de l’Accor (et même des éditions précédentes), elle a tout de même été très bien accueillies par le public.
Personne n’oubliera ce passage, surtout avec, encore une fois, une grande variété d’instruments utilisés, notons par exemple le violon, le luth ou encore le kanoun, sans oublier bien sûr la voix sublime de Rabeh.

Place au Slam maintenant avec Juliooz. Sa poésie n’a pas laissé tout le monde indifférent, les applaudissements étant nombreux. La musique de fond était constituée de quelques instruments dont un violon et de la percussion, avec des paroles traitant de thèmes variées dont on retient principalement le périple personnel de la vie de Julien, ainsi que quelques morceaux destinés à, je cite, "Ceux Qui Partent Trop Vite", entre autres.

Par la suite, c’est au premier Trio Reinhardt de jouer. La prestation était plutôt courte, chose tout à fait normale vu le très jeune âge des membres qui ont bien assuré leur mini-show.

Le deuxième Trio a joué le répertoire classique. L’exécution est, comme toujours, sans aucun reproche. Ces jeunes élèves de l’Ecole de Guitare et de Musique Actuelle Django Reinhardt ont un talent énorme, et vu leur âge, leur avenir semble extrêmement prometteur.

On enchaîne avec Adengivel, une formation constituée de deux membres tunisois, Sarah au chant et Chedly à la guitare. Leur musique est assez orientée Pop Rock, variant entre chant en anglais et en arabe (l‘anglais étant le plus utilisé). Personnellement, j’ai apprécié le morceau chanté en arabe plus que les autres.
Les compositions sont de nature assez simpliste, et à la longue elles deviennent légèrement monotones. Il faudrait donc essayer de voir comment varier le jeu un peu plus, afin d’enrichir davantage le show.

Et pour clôturer la deuxième journée, la jeune formation Lahab prend place sur scène. Un nouveau membre, Slim, intègre le groupe à la guitare.
Comme prévu un show exceptionnel qui laisse un public assoiffé puisqu'il ne s'agit que du commencement. Le groupe a joué sur certains points que les autres ont ignoré, une projection vidéo, un show spécial du chanteur du groupe et un 2ème guitariste avec un look plutôt original. Côté musique, le groupe a assuré avec son Electro Rock parsemé par des passages acoustiques. C’est bien dommage que les premiers titres étaient bousillés à cause de l’ignorance du technicien de son, mais on a quand même pu apprécier la musique de Lahab que ce soient les anciens titres ; Wahm, Millésime de Souffrance et Trauma, ou les trois nouveaux titres qui sont d’une tendance Electro Rock Psychédélique / Post Rock qui me rappelle les Godspeed You! Black Emperor.

 

La deuxième journée est clôturée par un groupe, que seuls les vrais dégustateurs savourent sa musique. Cette édition du Festival Accor de Guitare nous donne une idée sur le prochain FMG, qui s'annonce prometteur…

Amateurs du Metal extrême demain votre journée !!!

Par Belial & Xul

 

You have no rights to post comments

The most visited gambling websites in The UK