Menu

Live Report : 3ème édition du Festival Accor de Guitare (8 février 2009)

User Rating: 0 / 5

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 

    Et voilà la 3ème et dernière journée du Festival Accor de Guitare, après deux jours inoubliables de 10h de bonheur chacun, le dernier s’annonce prometteur surtout pour les fans de Metal Extrême, car la recette contient, entre autres, Tanit, Vomit The Hate, Necrosis, Astaroth et les Damned Sorrow.

 

 

La journée commence en justesse avec un peu de retard. Le public, comme à son habitude, préfère attendre devant la salle plutôt que d’entrer directement
Le groupe de Rock Alternatif de la banlieue nord, Pacific Six, commence cette dernière journée. Leur répertoire est composé essentiellement de reprises de groupes très connus, citons par exemple Nickelback, Bon Jovi, Gorillaz. Reprendre Comfortably Numb des Pink Floyd n’était probablement pas une très bonne idée, surtout avec l’absence d’un synthé.
Le chant n’est toujours pas à la hauteur des titres originaux (ce qui est tout à fait compréhensible), mais pour tout ce qui est du reste, on est très satisfait.

Shararah sont les suivants sur la liste. Ce groupe venant de Sfax a connu une nette amélioration par rapport aux auditions, surtout au niveau du chant. La technique utilisée n’est toujours pas très bonne (il faut éviter de trop souffler dans le micro), mais c’est déjà beaucoup mieux.
Au niveau de la musique, on a eu droit à des reprises de styles différents, du Metalcore de Lamb of God, du Death mélodique d’Arch Enemy, du Thrash de Slayer et du Death Progressif d’Opeth
Les guitaristes sont ceux qui ont le plus assuré leurs rôles, quelques lacunes étant présentes au niveau de la basse et de la batterie.

Retour à une ambiance plus calme. Les Djangirls, comme à leur habitude, nous réservent un répertoire constitué de reprises Rock connues par tout le monde. Don’t Cry des Guns N’ Roses ou encore Californication des Red Hot Chili Peppers étaient au rendez-vous. Le public était très réceptif, surtout pour le titre des Guns.

Voilà enfin les moments attendus de la journée avec les groupes extrêmes avec les Necrosis pour ouvrir le bal. Par rapport à la précédente édition, on remarque un changement côté line-up avec un nouveau bassiste/chanteur, ce dernier assure énormément surtout avec une voix bien maîtrisée qui me rappelle certains chanteurs de groupes Death Old School.
Le groupe nous a fait goûter deux reprises, Eaten de Blood Bath et Zombie Ritual de Death, ces deux titres étaient bien maîtrisés. A part ça, on nous a fait découvrir 3 compos, tels que A Better World, du Death Metal très Old School et une présence sur scène excellente. Le deuxième titre, All Human Reject, est cependant loin d’être parfait, trop simpliste avec certains passages hors sujet (notamment vers le début), que ce soit au niveau de la batterie ou des riffs des guitares, mais ça n’empêche que le groupe a assuré pour le restant de sa prestation.
On sent une nouvelle forme pour les Necrosis. Le nouveau membre a donné un nouveau souffle pour le groupe surtout du côté du chant, une nette amélioration et un futur encore plus prometteur.

Voici maintenant Vomit The Hate, la découverte 2008. Mehdi, l’unique membre du groupe, a choisi cette fois de monter seul sans avoir recours à des musiciens de session comme par le passé. Il est très à l’aise sur scène et n’a aucun mal pour faire bouger un peu les âmes des Death Metaleux. Au programme, un répertoire de 4 titres précédés d’une intro bien travaillée. Ce qu’on remarque le plus dans le nouveau titre de Vomit The Hate (Alive In A Common Grave) est un jeu à tendance Death Metal US, contrairement aux influences habituelles qu’on connaît, à savoir Necrophagist en particulier. Des nappes de synthé au fond enveloppent le titre et lui donnent une atmosphère exceptionnelle.
Deux anciens titres ; Vomitting Hate Injection (Part 1) et Illumination, étaient produits comme il le faut avec une maîtrise parfaite de la guitare, à part quelques soucis côtés chant, où on sent une certaine instabilité.
Avant de finir, j’aimerais préciser que le jeune Mehdi a repris Cork Scurewed Colon de Viral Load.
Malgré les petits soucis au début coté sono, on a eu droit à du bon Death Metal technique que rares sont ceux qui peuvent le maîtriser seuls sur scène !

Retour pour des choses plus calmes. Jihed Bedoui monte sur scène avec un projet qu’il a nommé G-Head. Encore un guitariste bourré de talent qu’on a le plaisir de découvrir pendant cette édition du Festival. Il nous a distillé un Shred digne des plus grands guitaristes, mélangeant prouesses techniques (tels que le tapping, le sweep-picking et le slap, technique plutôt utilisée pour la basse) et feeling. Il a su mobiliser les outils sonores pour atteindre un maximum de plaisir auditif. Reste à signaler son aisance technique lors de l’exécution de ses compositions.
Un moment de divertissement avec la musique de Super Mario était très bien accueilli de la part du public, et c’est d’ailleurs avec ceci que la prestation s’est terminée.

Les Gallows Pole sont les suivants à prendre les commandes. Cette formation est désormais connue par la forte influence des Iron Maiden sur leur musique, que ce soit au niveau des reprises ou des compositions. Ces jeunes nous ont d’ailleurs bien gâté par leurs compositions qui ont constitué la majorité des morceaux présentés.
Quelques choses à noter cependant, le batteur qui perd un peu les choses de temps en temps, un effet de guitare qui fait qu’elle manque de puissance, et un synthé qui n’assure pas. Le chant ne cesse cependant de s’améliorer.
Fidèles à leurs habitudes, les Gallows Pole nous ont joué une reprise des Iron Maiden. Cette fois-ci, le choix était porté vers Fear of the Dark. Une reprise plutôt correcte, sauf que vers la fin, le tempo a été légèrement accéléré sans vraiment de but.

Après le Heavy Metal, retour à l’extrême avec du Death Progressif de l’une des révélations de cette édition. Il s’agit de Tanit, l’un des groupes les plus attendus de la journée.
Au programme, une intro et 4 compositions propres au groupe qui ont fait éclater le public ! Le premier titre, Post-Mortem, a enflammé la salle avec ses passages purement orientaux.
Le restant des titres était très bien exécuté. La prestation est en somme excellente, un peu plus de mouvement sur scène serait cependant le bienvenu pour accompagner la bonne communication avec le public.

On ne sort pas du cercle vicieux du Death Metal, et cette fois c'est avec les Damned Sorrow que ça continue, un groupe qui participe pour la 3ème année de suite au Festival Accor de Guitare.
Cette formation commence à se forger dans leur style de départ, le Death Metal. Une maîtrise parfaite des instruments, avec comme seul bémol à signaler les effets de guitares utilisés qui semblent un peu anormaux.
Les Damned Sorrow nous ont fait découvrir un répertoire de 7 titres dont un medley de "Om Kalthoum", comme toujours très bien reçu par le public (qui se faisait de moins en moins nombreux), de Virulence à Step Trace On Fire, en passant par Damned Sorrow et Creon’s Agnoy… un jeu très correct, un chant époustouflant et un bassiste hallucinant qui nous a ébloui par ses interludes de basses à couper le souffle.

Après 2 groupes de Death Metal tunisois, on a eu droit à une formation de Bejà nommée Infernal Tragedy. Un groupe de Power Metal qui nous a laissé bouches bées pendant les auditions de décembre et même pendant la prestation de ce soir malgré le problème technique qui surgit de nulle part pour le 2ème guitariste. On sent une créativité et une recherche musicale qui laisse ce groupe s’aventurer avec ses compositions pour mettre le feu sur scène.
Ils ont joué leurs propres compositions tels que Blind Mind, Golden Lake, Sea And Sky… deux choses à signaler : le chanteur qui se perd un peu dans certains passages et le manque de show. Ce groupe mérite vraiment un applaudissement.

Et pour finir cette 3ème édition du Festival Accor, place à du Metal extrême avec une autre nouvelle formation tunisoise nommée Astaroth. Leur répertoire varie entre compositions et reprises, et que ce soit l’un ou l’autre, le travail est plutôt bien satisfaisant. Seul soucis au niveau de la basse qui n’est vraiment pas du tout audible.
Une petite intro sert au début à présenter les membres, pour ensuite continuer avec Condemned to the Hell où on découvre le talent du chanteur. Une bonne maîtrise de la fausse voix que ce soit en aigu ou en grave, chose pas très évidente à accomplir.
Une petite reprise de Dimmu Borgir (Masses For The New Messiah) avant de continuer avec une autre compo intitulée Rage of the Arabian Warrior. Les tendances orientales en font un titre bien particulier qui a bien fait bouger le public peu nombreux dans la salle.
La deuxième reprise, Pursuit of Vikings d’Amon Amarth, sans être mauvaise n'était pas vraiment convaincante.
Pour la fin, le groupe nous a réservé une petite surprise. Une dernière compo mélangeant Progressive, Black et Death Metal, entre autres, avec des saveurs orientales toujours les bienvenues. Le synthétiseur s’est occupé de la darbouka, et le chanteur s’est mis à faire du "chant oriental", chose qui a donné un résultat vraiment trop bon auquel personne ne s’attendait !

Voilà que les 3 jours du Festival Accor de Guitare s’achèvent. Il y a eu des groupes qui ont marqué le public comme 13 Days Later, Slim Abida Bass Project, Tanit, Damned Sorrow, G-Head etc… mais aussi d'autres qui n’étaient pas vraiment à la hauteur des attentes.
On remarque pour cette année la présence de groupes venant d'un peu partout du pays. La forte présence de groupes de la banlieue nord, et surtout de qualité, est à signaler aussi. Ces derniers arriveront-ils à dominer les soirées IN du FMG 2009 ? On attend tous les résultats de ce tremplin …

A suivre !

Par Belial & Xul
 

 

You have no rights to post comments

The most visited gambling websites in The UK