Menu

Festival Méditerranéen de la Guitare : In (26 mars 2009)

User Rating: 0 / 5

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 

    Et voilà que le Festival Méditerranéen de la Guitare touche à sa fin, avec l'une si ce n'est pas la soirée la plus attendue de tout le festival, une soirée qui sera animée par nos jeunes 13 Days Later qui feront la première partie des fameux Français d'Ultra Vomit.

 

   La première chose qui frappe aux yeux, c'est la présence en masse du public, chose qu'on n'a pas vu lors des précédents concerts de cette édition à notre plus grand regret malgré la bonne qualité des groupes et des talents qui se sont défilés durant ces six journées.
Revenons à notre concert, qui débute en retard comme d’habitude vers 19h35 avec une salle pleine à craquer.
L’Entrée des 13 Days Later fut inattendue avec des danseuses sur scène et un show exceptionnel qui promet d’avoir un spectacle hors normes. Mais le terme "inattendu" n’implique pas forcément "bon". Des "danseuses" sur scène (et j’hésite à les appeler ainsi, surtout vu leurs "danses"), on verrait bien ça dans un cabaret ou dans un concert de RnB par exemple…
Bref, revenons aux 13 Days Later. Ça commence très fort avec Kiss Me While I'm Dying qui à mis le feu à la salle. Tout le monde est debout, tout le monde gueule et headbangue devant la scène, tout le monde bouge, et c'était le même cas sur scène, un groupe fidèle à ses habitudes avec une présence scénique et une énergie impressionnantes, seul bémol un son un peu trop saturé surtout pour les guitares. On n’avait donc pas eu la possibilité de bien écouter les riffs, mais c’est à se demander si les choses ne seraient finalement pas mieux ainsi, étant donné que ces riffs ne sont en fin de compte là que pour "décorer" le show…
Et ça continue sur ce même rythme avec Protest, Me Inside et Everytime The Same, pour arriver à une reprise déjà jouée par le groupe lors du Festival Accor de Guitare, il s'agit de Ace of Spades des Motörhead, une reprise bien foutue qui comme les compositions du groupe à mis le feu au public.
Et on arrive à la fameuse Fire Inside Your Revolution, le titre avec lequel le public à découvert les 13 Days Later, et d'ailleurs la foule a bien repris le refrain avec le groupe, chose rare sur nos scènes avec nos groupes locaux.
Ça ne s'arrête tout de même pas là, on aura droit à d’autres compositions comme le titre éponyme 13 Days Later ou The Fall, caractérisé par l’absence du chant féminin qu’on trouve sur l’enregistrement, jusqu’au dernier titre Destroy Everything des Hatebreed pour se quitter sous l’applaudissement chaleureux du public.

15 minutes, le temps d'une petite pause pour revenir après avec les tant attendus Ultra Vomit. Mesdames et Messieurs, déjà la folie du public commence avec l'intro et l'entrée sur scène spectaculaire des quatre chevaliers,  suivi juste après et sans le temps de reprendre nos souffles par la fameuse Quand j'étais petit avec la superbe voix de Fetus à la Lemmy des Motörhead.
C’était le même cas pour le public qu’avec le groupe précédent, un public déchaîné surtout avec des titres comme Captain Iglo, Mountains of maths, Je Ne T'est Jamais Autans Aimé, Boulangerie Pâtisserie ou encore Jack Chirac avec sa Marseillaise à la sauce Ultra Vomitienne. Le super show du groupe a été animé par des "interludes cinéma" entre les titres, sans parler des magnifiques jeux de lumière parfaitement assurés par le staff des Ultra Vomit.
Et on a eu droit à un petit solo de batterie pour s'en prendre après aux grands Judas Priest avec le titre Juda Prost, toujours avec cette touche d'humour qui éclate le public de rire tout comme (Pipi, Caca ?), I like to Vomit, Pauv' Connard ou les sept secondes de Pouba repris deux fois de suite, avec une foule toujours aussi déjantées surtout après la petite animation avec l'histoire de celui de Strasbourg qui a alimenté encore plus la folie de ce magnifique public, et comme cadeau ces dernier ont eu droit à "C'était pas mal là" du titre Outro qui a clôturé la prestation du groupe.
Mais sous la demande du public, les Ultra Vomit ont fini par revenir sur scène avec d’autres titres et une quatrième "interlude cinéma" dédié cette fois à Batman.
Et voilà enfin le tour de Je collectionne des canards (vivants) que le public connaissait par cœur, pour se quitter juste après avec Ce n'est qu'un au revoir sous un tonnerre d’applaudissement pour ce show exceptionnelle et ces moments de divertissement avec l’humour de ce groupe mélangé avec de bon riffs de Metal allant du Nu jusqu’au Black Metal.
La prestation des Ultra Vomit est très bien soignée. Tout, absolument tout a été bien préparé, et le groupe est doté d’une présence sur scène et d’un sens de communication avec le public très développés. C’est vraiment rare d’assister à un show pareil !

Et voilà qu’avec cet excellent concert et ces supers shows que se clôture la 6ème édition du Festival Méditerranéen de la Guitare.

Par Gothicos

You have no rights to post comments

The most visited gambling websites in The UK