Menu

Live Report : Reservoir Rock's "Dark Tranquillity & Carthagods" (12 décembre 2009)

User Rating: 0 / 5

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 

Le 12 Décembre 2009 va sans aucun doute être une date inoubliable pour de très nombreux metalheads tunisiens. Dark Tranquillity est l'un de ces groupes que pratiquement tous les vieux du "domaine" adorent, en Tunisie, et c'est donc peu de dire qu'il s'agit vraiment du rêve de plusieurs personnes que de les voir jouer devant eux.

 

alt

 

Les agents de la police et de la sécurité sont partout, et les fouilles sont assez minutieuses. C'est bien de voir ceci, mais ça ne l'est pas quand il s'agit de manquer de respect aux gens, quoique avec un public pareil on se dit qu'enfin de compte, c'est bien ce qu'il faut faire...
Les portes s'ouvrent à 17h, comme prévu. Le public se précipite pour prendre des places juste derrière les barrières qui séparent les porteurs de tickets VIPs et ceux des tickets standard, histoire d'être le plus proche possible de la scène. La salle se remplit petit à petit, et la foule commence à se former, avec tout ce que cela implique.

L'attente se fait longue, une heure devrait séparer l'ouverture des portes avec le début du concert, mais comme on en a l'habitude, il doit bien y avoir un retard. Il est plutôt léger, mais n'empêche il était trop lourd à supporter, et pour cause, ce cher public qui commence à pousser dans toutes les directions sans absolument aucune raison. Les barrières risquent de tomber, et la sécurité n'est pas contente.

Les Carthagods montent enfin sur scène, mais il est difficile, au milieu de tout ce chaos, de les suivre. Entre regarder le groupe jouer sur scène et faire attention à ne pas se faire écraser par des centaines de personnes en chaleur, la priorité se porte vers ce dernier choix. Il m'était impossible même de prendre des photos...

Trois titres en tout sont proposés par le groupe local. My Favourite Disguise et Memories of Never Ending Pain se font de plus en plus connaître chez nous, alors qu'un troisième titre tout nouveau fait une petite apparition.

Vu la forme de la salle, le son n'est pas vraiment au top. Difficile de faire la distinction entre les guitares par moments, le volume de la batterie semble engloutir le reste des instruments de temps en temps, et le chant n'est pas très stable. Mais bon, que faire si on n'a pas de salles qui conviennent à un nombre de public qui ne dépasse pas les 3000 personnes...

Quelques minutes de repos avant la montée sur scène des tant attendus Dark Tranquillity. La sécurité en profite pour renforcer les barrières et pour calmer un peu les jeunes surexcités. On voit désormais plein de policiers en plein milieu de la foule, les empêchant de se déplacer comme bon leur semble. Ils l'auraient voulu en fin de compte...

Aux alentours de 19h, les suédois font leur apparition. Les spectateurs applaudissent et crient de toutes leurs forces, et le groupe ne perd pas son temps pour bien démarrer.
The Treason Wall est l'un des titres d'ouverture préférés du groupe, et il faut dire qu'il y a de quoi. Tout le monde est instantanément allumé, et c'est parti pour une bonne heure et demi de déchaînement extrême !

L'expérience plutôt longue du groupe, notamment en matière de lives, se fait remarquer tout de suite. Ils sont très actifs sur scène, et ils enchaînent les titres sans peine, mélangeant vieux et nouveaux morceaux, tous faisant partie des sets live habituels de cette formation.
On retrouve donc sans surprise des nouveaux comme Focus Shift, Final Resistance, The Lesser Faith, ou encore My Negation. Le dernier album, Fiction, prend une place plutôt importante. Mais là où le groupe brille le plus c'est en interprêtant ses vieux titres...

Lethe est incotestablement l'un des morceaux phares de la carrière du groupe, et l'accueil chaleureux du public en témoigne.
Ce fut également bon d'entendre Stanne dire plus tard "it's my favourite drinking song". Il parle bien sûr d'Edenspring, un autre joyau du groupe. On a tout de même remarqué une petite gaffe au niveau du chant de sa part, lorsqu'il dit "Drench logic..." quelques secondes plus tôt que prévu, mais rien de bien grave finalement.

Ils continuent par la suite avec d'autres classiques comme ThereIn, où, heureusement, le public a su réagir à temps pour chanter avec le groupe et faire les choeurs aux moments qu'il faut. Je dis heureusement parce qu'il n'a pas été à la hauteur pendant presque la totalité de la prestation du groupe (mis à part quand Mikael Stanne lui même lui demande de chanter). Ceux qui ont écouté ou regardé le dernier DVD Where Death is Most Alive comprendront tout de suite de quoi je parle. Le résultat était tout de même excellent !

On a également eu droit à Punish My Heavenavant de voir le groupe disparaître derrière la scène, pour revenir, aux demandes du public, jouer encore un peu.
Bien qu'il n'y ait pas de chanteuse, on a tout de même pu assister à The Mundane and the Magic. Mikael a demandé aux filles de la première rangée de l'aider un peu au chant féminin, mais heureusement qu'il y avait un backing track sinon on n'aurait entendu que des cris...

Terminus (Where Death is Most Alive) marque, comme toujours, la fin du show des suédois. Le chanteur ne cesse d'exprimer sa très grande satisfaction aurpès du public présent.
Toutefois, l'absence d'Insanity's Crescendo s'est fait cruellement sentir. Ils auraient pu mettre un backing track comme pour The Mundane and the Magic.

En fin de compte, avec les 16 titres qu'ont joué les Dark Tranquillity, pour une durée d'une heure et trente minutes, on ne peut pas trop se plaindre. Les problèmes de son se sont certes fait trop sentir, mais la prestation globale du groupe était excellente, à la hauteur des attentes de tous.

Le concert est une réussite, et on aimerait bien en avoir d'autres du même calibre !

Par Belial.

Pour voir quelques photos du concert.

You have no rights to post comments

The most visited gambling websites in The UK