Menu

Live Report : 4ème édition du Festival Accor de Guitare (5 février 2010)

User Rating: 0 / 5

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 

    Le deuxième jour s’annonçait prometteur, on voyait une foule un peu moins nombreuse malheureusement, mais on gardait l’espoir.

 

L'ouverture  du bal se fait avec les Carbon, un jeune trio de Sousse qui évolue dans le Metal Progressive avec des compos bien ficelées coté techniques et arrangements ainsi que quelques reprises comme War de Joe Satriani ou encore Damage Control de John Petrucci caractérisées par une excellente maitrise de leurs instruments surtout pour le guitariste qui a éblouie le peu de public présent, avec ses soli accrochants explorant plusieurs techniques de jeu, sans oublier bien sûr la performance remarquable du batteur se voyant en tant que 2ème guitariste lors d'une compo plutôt expérimentale pour laisser la place à un dernier titre tout aussi charmant que ces prédécesseurs. Un talent prouvé et public conquis, voilà le résultat de cette première performance.

Une vingtaine de minutes et les Hellmark s'installent sur scène pour nous faire gouter leur Thrashcore. Et face à un public toujours peu nombreux, on découvre 5 musiciens très jeunes, moyenne d'âge au alentour de dix-sept ans, avec un chanteur énergétique avec une bonne présence scénique mais avec une voix peu accrochante, certes mieux que la voix Thrash habituelle des groupes Tunisiens qui sonne plutôt Death Metal, mais tout de même pas convainquante tout comme la performance du deuxième guitariste avec son jeu mal synchronisé avec le reste du groupe sur quelques riffs syncopés. Mais loin de ces bémols que le groupe pourra bien surpasser avec un peu plus de travail, on a eu droit à une performance plutôt honorante de la part d'un tel jeune groupe en progression d'un concert à un autre surtout comparé à leur dernière performance au 4ème Art en septembre dernier.

Et ça repart juste après avec des reprises des Rage Against The Machine avec les Sfaxiens ’Out Of Control’ entamant leur performance avec Kill In The Name Of suivi de Sleep Now In The Fire, caractérisés par un coté instrumentale bien exécuté et un jeu scénique à la tradition des Rage Against The Machine avec une ambiance qui invite à se lâcher, d'ailleurs c'est ce que le chanteur "suppliait" la foule de faire en vain, une foule disons plutôt mal à l'aise face à la voix du chanteur pas tout à fait à la hauteur de la performance des autres membres du groupe surtout lors d'une reprise des Nirvana avec le titre Breed.

Et c'est au tour de la ville de Kairouan pour faire une apparition sur scène, avec le groupe RazzMatazz, avec une musique qui tourne autour d'un violoniste soliste qui a su charmer la foule, qui se fait de plus en plus nombreuse, avec de très belles mélodies à sonorité orientale assistées par un jeu plus ou moins puissant de la section rythmique surtout sur la compo Closer, ainsi qu'un synthé s'occupant des fonds et créant une ambiance assez plaisante et féerique. Les titres se défilent l'un après l'autre et la créativité du groupe est toujours au rendez-vous, une demi heure de détente avec les RazzMatazz, un groupe qui mise trop sur la mélodicité et le feeling avec des titres tirés de leur album Safra qui a vu le jour récemment ainsi qu'une reprise qui n'a pas laissé le public indifférent.

Retour à Tunis et retour au Metal avec du bon Death Power Metal servi par les Apostol, avec un petit changement coté line up et plus précisément coté batterie. La prestation s'entame avec Destination to The Unknown suite à une petite intro scénique, une compo qui a enflammé la foule un peu timide jusqu'à là et qui a pris enfin l'initiative de se rapprocher de la scène pour du headbang et des pogo surtout lors de Shadow's Kiss, le titre phare du groupe que le public Tunisien connaissait par cœur surtout suite au clip qu'ils ont tourné pour se titre. Puissance et mélodies sont au menu pour ravir plus qu'un. Rien à reprocher coté interprétation, sauf peut être quelques petites bémols coté sono pour les guitares, quant au nouveau batteur, il a déjà trouvé sa place au sein du groupe avec une performance nickel, pour clôturer la prestation avec Only For The Weak des In Flames.

Et voilà le tour d'une des révélations de cette année, les Brabra Generation, une entrée sur scène plus que spectaculaire, pour laisser la place à une musique bien inspirée à la Back to the Roots, soutenue par des textes engagées en dialecte Tunisien et qui touchent la vie de tout les jours des jeunes Tunisiens. L'ambiance été vraiment festive surtout avec les trois chanteurs dotés d'un excellent timbre, interprétant le tout en parfaite harmonie et qui ont su mettre le feu sur scène et surtout auprès d'un public plutôt Metal, ce qui témoigne de la qualité du Show qu'ils ont présenté, et qui leurs a permis de revenir sur scène suite aux demandes du public pour nous offrir une sacré ambiance "Berbérine" avec leurs instruments de percussion ethnique comme les krakeb et le Jambé fusionnant Reggae, sonorités tribales et quelques riffs avec un chant qui oscille entre Rap et R n B. Brabra Generation, un nom qu'on trouvera surement sur l'affiche du FMG qui aura lieu d'ici à peu près un mois.

Et place a un petit moment de détente histoire de calmer un peu le jeu, avec la jeune Marwa, une voix douce, certes a développer d'avantage mais assez prometteuse surtout pour une première apparition sur scène, une chanteuse guitariste en solo sur scène qui a un peu gâché sa performance a cause du trac, tout a fait compréhensible vu son manque d'expérience, et qui s'est vu interrompre sa performance plusieurs fois suite à de quelques fautes au niveau de son jeu, mais qui a quand même pu charmer le public avec des reprises comme Stand By Me, Flying, I'am Yours, No Women No Cry et plusieurs autres titres phares que le public a pris l'initiative de les interpréter avec la jeune chanteuse.

Pour entamer la suite avec la nouveau line up du groupe Lahab, du Electronic Industrial Rock est au menu et la créativité est toujours au rendez-vous pour cette formation qui su imposer son style malgré les nombreux changements cote line-up, on pourra même affirmer que la musique se fait de plus en plus mature avec la venue de Atef Zardi à la guitare ainsi qu'un bassiste talentueux à cote de Ahmed alias Lahab, qui nous fait preuve d'une maitrise parfaite du chant, surtout sur le titre Wahm avec ses modifications coté arrangements par rapport à la dernière date lors de ce même Festival, ainsi que les samples minutieusement choisis qu’il utilisait, comme les quelques rythmiques tribaux en parfaite harmonie aves les soli du guitariste. Quelques points à reprocher, une monotonie qui durait parfois trop lors de certains passages de chant, ceci fut parfois déplorable mais tout de même sans impacter le tout, pour faire de la prestation des Lahab une prestation réussie globalement, à part les 25 minutes que le groupe a pris pour préparer le commencement de son show.

La fin de la soirée se fait en force avec au menu du Metal Extreme, avec dans un premier lieu les Vomit The Hate avec leur Technical Brutal Death Metal, une performance caractérisée par une parfaite interprétation instrumentale mais qui se voit gâché par les innombrables problèmes de Sono que le groupe a enduré surtout pour les deux guitares et la basse. Entre compos et une reprise, le groupe a fait preuve d’une puissance au niveau de son jeu se manifestant surtout par des Blast Beat et des passages avec un tempo élevé teintés par une certaine mélodicité lors des sweep que les deux guitaristes exécutaient tout au long de leurs titres, certes avec quelques petites bémols coté synchronisation mais tout a fait compréhensible vu les problèmes de sono qui ont accompagné la prestation des Vomit The Hate.

Ce fut après le tour des Build Raw, le groupe n’était pas programmé, néanmoins ce fut une intéressante prestation, un réglage de son un peu désagréable cependant, mais le groupe a paru un peu mieux en forme qu’hier, on sentait un meilleur jeu et même le Chant fut un peu plus souple et ‘transitif’, quelques riffs témoignant d’une bonne technicité et même le jeu de batterie fut plus puissant et enthousiaste, dommage que le son fut énormément très saturé.

Flagellation est le groupe qui a eu l’honneur de clôturer cette journée, et face a une trentaine de personnes, ils nous ont fait savourer du bon Black Metal à tendance symphonique. Une première apparition sur scène est déjà un talent prouvé par ces anciens de la scène Extrême Metal Tunisienne malgré les défauts de la sono fortement saturée, le groupe a repris du Belphegor et du Satirycon.
Ce fut une journée épicée, très variée côté genres pour le plaisir des fans de la Guitare en Tunisie.


Live Report par Gothicos (Photos par El Evil Emperor & Shagrahmed)

 

You have no rights to post comments

The most visited gambling websites in The UK