Logo

7ème édition "Festival Méditerranéen de la Guitare" : Soirée In (23 mars 2010)

User Rating: 0 / 5

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 

   Et on enchaîne avec la 3ème soirée IN du festival, une soirée caractérisée par une tarification spéciale, 10 dinars pour les garçons et 5 dinars pour les filles, ce qui a augmenté largement la présence de la gente féminine et par conséquent le nombre de public présent par rapport aux deux journées précédentes.

 

   Une petite intro scénique des 13 Days Later comme à l'accoutumée annonce le début du show, et contrairement à l'entrée de l'année précédente qui était un peu déplacée pour un concert de Metal et qui a déplu plus qu'un, les 13 Days Later ont opté pour la simplicité cette fois ci avec un petit décor sur scène à savoir deux moto CBR des deux côtés avec la musique du grand classique des Led Zeppelin, Kashmir au fond en version mixé par DJ Killer, un nouvel arrivant au sein du groupe.
Pour enchaîner juste après avec le premier titre du set, et déjà on remarque une franche amélioration côté arrangements et compositions. Le jeu des guitares est nettement plus intéressant tout comme pour la batterie, par contre le jeu côté basse échappait à la règle. Quant au nouveau venu, ses pistes et ses samples à tendance Electro ont bien su enrichir le tout. Les riffs typiques du Metalcore sont à gogo tout comme sur le deuxième morceau ainsi que plusieurs passages syncopés, une légère tendance Thrash coté guitare se sentait, mais un petit point empêchait toute possibilité de bien déceler les notes, le son des guitares ou plutôt les effets choisis n'était par tout au top, par moment trop saturés et embrouillés et ça gênait vraiment l'écoute. Et tout comme l'année dernière le groupe nous a présenté une reprise de Ace Of Spade des grands Motorhead, qui a débutée avec un problème côté guitare forçant le groupe à interrompre sa performance pour cinq minutes à peu près afin de régler le souci pour reprendre juste après avec la même reprise, bien effectuée à vrai dire et avec une petite modification au milieu du titre à la sauce Metalcore, un bravo s'adresse au chanteur qui a bien pu imité la tessiture et le timbre de voix de Lemmy, chanteur des Motorhead sur cette reprise. Et entre nouvelles compositions comme Fuck Off et d’autres plus anciennes comme Fire Inside, les titres s'enchaînent et quelques riffs typique du Metalcore que le groupe essaye d'incorporer sur chaque morceau commencent à devenir lassants vu que le groupe en abuse un peu trop. Et comme il n'y avait pas d'amélioration sur les points foireux, à savoir surtout les parties basse et le son des guitares, la prestation du groupe a gardé un niveau plus ou moins statique, voir même s'aggraver un tout petit peu vers la fin vu que le batteur dominant magistralement son instrument jusqu'alors n'avait plus beaucoup de souffle vers la fin. Un point à revoir depuis l'époque où il était avec Armageddon afin d'améliorer son endurance surtout qu'il s'en sort très bien sur tous les autres plans, à part l'endurance bien entendu.

Bilan de cette deuxième apparition des 13 Days Later lors de ce festival, un niveau qui a connu plusieurs améliorations surtout côté composition qui se voit de plus en plus puissante, une présence scénique bien soignée surtout pour le chanteur qui à bien essayer de mettre le feu auprès et public présent, sinon du travail reste à faire sur quelques autres plans afin d'essayer d'imposer leur style jusqu'à là peu apprécié par la horde du Metal en Tunisie.

Et du Metalcore et le HxC, on passe à toute une autre dimension avec le second groupe et la tête d’affiche de la soirée, les Frenchkiss. Et au menu du Glam et du Hair Metal.
Le look du groupe un peu trop provocateur déjà annonçait la nature des plats qu'ils allaient nous servir, un look typiquement 80's avec un style vestimentaire à la tradition du Glam. Et une fois sur scène, chaleureusement accueilli par le public, le groupe ne perd pas de temps et passe directement au sérieux, la sauce se voit caractérisée par avec des rythmiques simples mais accrochantes côté guitares, un jeu de batterie plutôt répétitif qui tombe souvent dans la banalité et de magnifique soli lancés par le guitariste de temps à autre, des soli bourrés de feeling qui ne laissent pas le public indifférent, surtout après I Miss You où les membres du groupe ont quitté la scène pour ne laisser que le lead guitariste Nick qui nous à servi un super bon solo intitulé Wilsey témoignant de sa maîtrise parfaite de son instrument pour enchaîner juste après avec Beat The Bullet en face d'un public très réceptif à vrai dire à la musique de cette formation Française. Le chant quant à lui oscille entre trois grands noms, Axel des Guns'n Roses, Tyler des Aerosmith et Bon Jovi, d'ailleurs c'est souvent le même cas côté riffs, une musique fortement inspirée par ce trio. Ça se sentait surtout sur la petite ballade que le groupe nous a réservé I Miss You où par moment on se croyait vraiment entrain d'écouter du bon vieux Bon Jovi. Côté présence scénique rien à dire, époustouflante sauf un tout petit peu côté communication avec le public qui me paraît parfois minime ou brève, est-ce la nature du chanteur ou Franky n'a pas trop apprécié le public? Et tant qu'on en parle, je peux pas passer sans mettre le doigt sur un petit comportement déplacé de la part d'une bande de gamins au devant de la scène, d'ailleurs la salle en grouillée, qui se sont permis de lancer un je ne sais pas quoi sur le bassiste, se dernier a retourné le truc avec du sang froid et un sourire forcé sur les lèvres, ça s'est produit une deuxième fois juste après, et une troisième avant que le guitariste intervienne pour shooter le truc avec un peu de fureur! M'enfin, retournant à nos moutons et la musique du groupe, avec des titres bien inspirés 80’s comme Sexpectations ou encore Nice To Me pour clôturer la prestation avec une reprise qui a enflammé le public, Paradise City des Guns'n Roses.
Un groupe qui a du talent mais qui parait toujours en quête d’une identité musicale surtout que les influences Bon Jovi et surtout Guns’n Roses ont vraiment du poids sur la musique des Frenchkiss.

   Une journée plutôt intéressante avec deux groupes au début de leurs chemins, qui a fait la différence coté présence du public par rapport au deux soirées précédentes en attendant la journée phare de tout le festival, le lendemain avec Haggard et Myrath.


Live Report par Gothicos

 

© Metal Waves VptV 2007-2016