Menu

Chronique : Alley - The Weed

  • Written by Super User
  • Parent Category: Reviews
  • Category: A
  • Hits: 1388

User Rating: 0 / 5

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 

Band : Alley

Release : The Weed

Year : 2008

Country : Russia

Genre : Progressive Death Metal

Label : BadMoodMan Music

Note : 09.5/20

Tracklist :
01.Duhkha
02.Coldness
03.Dust Layer
04.Hessian Of Rime
05.Fading Fall
06.Jaded Mirrored
07.Days For Gray

   La musique en général et le Metal en particulier ont toujours été dirigés par un certain enchainement d'influences dont le vecteur directeur a pu bâtir au fil du temps toute la richesse et toute la diversité qui caractérisent une bonne partie de son univers. Sans cette succession d'influences transmise en héritage de groupe en groupe, il n y aurait jamais eu la moindre homogénéité et tout l'ensemble se serait très vite disloqué. Mais n'oublions pas que si les groupes n'y avaient pas imposés leurs identités respectives et n'y avaient pas incorporés une touche d'originalité qui leur soit personnelle, la musique aurait été tellement terne qu'elle en serait tout bonnement inaudible...

C'est justement  ce genre de dilemme là qu’a dû rencontrer cette jeune formation russe lors de l’enregistrement de son premier et unique album "The Weed", un dilemme qui a dû opposer farouchement l’influence d’un coté et la personnalité de l’autre… Et c’est justement de l’issu de ce même dilemme qu’en dépend la réussite ou l’échec de ce groupe dans son entreprise.

Et dans leur cas, je pense qu’il serait bien adéquat de parler d’échec plus qu’autre chose… Parce que les Alley se sont tellement accrochés à leur influence principale qu’ils en ont oublié leur propre identité sur la route et que du coup on aboutisse au final à une musique qui n’est pas du tout la leur… et pour cause, leur Death progressif sent tellement l’Opeth qu’on pourrait même pas imaginer l’album ailleurs que dans la discographie des Suédois. C’est le point noir le plus conséquent dont souffrira le groupe et c’est le faux pas qui fera tomber malencontreusement tous ses efforts à l’eau.

Du contraste Grunts graves/voix claires on dirait tout droit sorti de la gorge d’Akerfeldt tellement c’est ressemblant (bien moins maitrisé tout de même !),  jusqu’au jeu de batterie plus suédois que les suédois eux même, en passant par les schémas de riffs typiquement Opethien, la production bien carrée, les envolées mélodiques et le coté psychédélique à la 70’s… tout t’y passe ! C’est simple, j’ai rarement vu un groupe autant influencé par un autre et j’hésite sérieusement à employer le terme ‘plagiat‘ dans le tas.
Bref, c’est pratiquement la  sauce d’un "Deliverance" ou d’un "Still Life" mais en beaucoup moins inspiré coté composition, il faut le dire, puisqu’aucun morceau ne sort vraiment du lot bien qu’une certaine maitrise technique soit incontestablement présente. Il faut avouer que la tentative d’une formation toute fraiche à vouloir rivaliser avec un pilier du Metal dans un style qu’il a lui même mit les fondements, s’apparente tout simplement à un suicide artistique bien orchestré !

Le seul semblant d’innovation qu’a réussi à réaliser Alley par rapport à son influence, c’est d’avoir eu l’idée de faire en guise d’intro un titre ambiant intitulé ‘Duhkha’ qui sonne un peu ‘bouddhiste’, peut être la seule chose que possède le groupe et qu’on ne trouve pas chez Opeth

09.5/20
Par Sandman

Site Officiel
MySpace  

You have no rights to post comments

The most visited gambling websites in The UK