Menu

Chronique : Anthyma - Anthyma (Demo)

  • Written by Super User
  • Parent Category: Reviews
  • Category: A
  • Hits: 1111

User Rating: 0 / 5

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 

Band : Anthyma

Release : Anthyma (Demo)

Year : 2009

Country : Italy

Genre : Gothic Symphonic Metal

Label : Independent

Note : 12/20

Reviewer : Hypnos

Tracklist:
01.Dies Irae - Prelude
02.Four (The Edge of Horizon)
03.Tears and Rain
04.Luna
05.Cry 'Til the Night”

   A première vue, je me suis dit en voilà une autre formation qui s’engage à s’essayer dans un genre qui a déjà été sillonné en long et en large par ses prédécesseurs. A vrai dire tellement le Gothic Metal me semble avoir épuisé ses ressources il me devient difficile d’être surpris ou étonné par ce que de nouveaux groupes qui prennent naissance ça et là proposent d’y ajouter. Je crois même que si l’on assimilerait le Gothic Metal à une grande ville comme New York, un groupe qui ne bâtirait pas quelque chose d’aussi grandiose que les deux ex-tours du World Trade Center ou l’Empire State Building est un peu comme une goutte d’eau dans un grand océan, noyé dans l’ensemble sans aucune présence particulièrement caractéristique qui le distingue du tout. L’exclusivité, l’empreinte, la marque, voilà ce dont je parle. Et je crois qu’à défaut d’innovation, chroniquer un nouvel opus dans ce style se réduit dans la plupart des cas à chroniquer la propreté du jeu plus qu’autre chose. C’est un peu vrai pour ce qui est du cas d’Anthyma, mais pas entièrement, car ce groupe possède bien des graines d’originalité même s’il n’en use pas encore pleinement.

Coupons le ruban d’inauguration de cette démo : Dies irae – Prelude. Une vague d’instrumental au ton montant meublée de chorales et enveloppée de clavier, la voix de la chanteuse s’érige dans des reliefs mariant l’aigu à la douceur, assez atmosphérique comme introduction avec même un air hallucinogène sur les bords qui rappelle un peu Elend. Quelques deux minutes en guise d’avant-gout à une saveur orchestrale lustrée, et nous voilà invités à dans le vif du sujet.
AvecFour (The Edge of Horizon) la fibre du symphonique prend forme. Le début me rappelle un peu les intros aiguisées de certains morceaux de l’album The Phantom Agony d’Epica. D’ailleurs tout au long du titre on retrouvera la même rapidité de cadence, des percussions vives et exaltées qui donnent au jeu assez de profondeur, les chœurs nous renvoient vers une ardeur grandiose oscillant entre célérité d’exécution et agilité de transition. En parlant de transition il y a des fois ou la construction des riffs s’efface d’un coup pour laisser la voix d’Ele s’étaler en toute placidité avant de reprendre en plus belle. J’aurais seulement aimé que le volume de la partie vocale soit un peu revu à la hausse au cours de l’enregistrement surtout qu’Ele a un potentiel qu’il ne faut pas hésiter à monter en épingle, cette remarque est valable pour le restant des titres quoi que cela reste compréhensible vu que le groupe a enregistré la démo par ses propres moyens et n’a pas encore de contrat avec un label…

Tears & Rain
est le plus long morceau de la production. On reste scotchée à la même ambiance que dans le titre précédent mais là le travail effectué avec les cordes (vers la minute 3 :20 environ) n’est pas sans solliciter l’appréciation de l’auditeur. Je trouve même que le groupe pourrait le pousser encore plus loin car on peut vraiment faire des choses très agréables avec les cordes surtout pour ce qui est du cas du Symphonic. Toujours autant de clavier grandiloquent, ce qui ouvre des perspectives bien larges à la recherche mélodique mais aussi un refrain admirablement accrocheur.
Dans Luna pour une fois enfin la voix d’Ele transparait claire et bien distincte vu que la partie instrumentale n’est pas trop saturée du moins pour la première moitié qui verse plutôt dans la douceur et la sensualité de la ballade puis vient une bonne incrustation de la guitare vers la minute 2 :40. Luna ou plutôt de la mélancolie qui s’étend sous un clair de lune bien inspirant. C’est bien l’impression donnée par le tout. Ele se donne vraiment à fond dans ce morceau, atteignant même les notes les plus aiguës avec beaucoup d’aisance.

Cry 'Til the Night” qui boucle cette démo semble marier l’agressivité de Four avec les airs apaisés de Luna et de Tears & Rain ajoutant même quelques touches d’Electro. C’est peut être le morceau qui résume le plus l’esprit de la démo.

Maintenant en ce qui concerne tout l’opus, on aurait aimé voir une présence masculine beaucoup plus forte coté voix. La production sonore a de la qualité mais il reste encore des choses à soigner. Sinon, j’ai trouvé que la pochette de l’album ou domine les contrastes du gris n’est pas trop représentative de la musique... Mais je reste confiant vu le niveau de la composition et du jeu que ce groupe peut vraiment évoluer vers des horizons plus prometteurs. Le meilleur reste donc à venir.

12/20
Par Hypnos

MySpace

You have no rights to post comments

The most visited gambling websites in The UK