Menu

Chronique : Amogh Symphony - Abolishing The Obsolete System

  • Written by Super User
  • Parent Category: Reviews
  • Category: A
  • Hits: 1305

User Rating: 0 / 5

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 

Band : Amogh Symphony

Release : Abolishing The Obsolete System

Year : 2009

Country : India

Genre : Instrumental Progressive Death Metal with Jazz Fusion

Label : Independent

Note : 15/20

Tracklist :
01.Cyborg Activation
02.Greenhouse Effect
03.Abolishing The Obsolete System
04.Phase Cancelled
05.Post-War Symphony
06.Swallowing The Infected Sun
07.Opus After Genocide

   Cette trouvaille nous vient tout droit de l'Inde, un pays beaucoup plus connu pour ses us, ses coutumes et sa production Bollywoodienne que pour sa scène Metal. Je m'attendais certainement à un énième groupe de Death Technique qui empilerait des riffs clonés et les titres sans intérêt aucun. Surprise ! Je me goure complètement !

Amogh Symphony, one-man band formé en 2004, nous dévoile ici sa première pépite après un EP assez prometteur sorti en 2005. Abolishing The Obsolete System est l'œuvre d'un musicien hors normes qu'est ce diable de Vishal J. Singh qui nous dévoile tout son savoir faire en tant que multi-instrumentiste.

L'album nous propose un métissage très inédit des styles, un enchevêtrement mêlant du Death Technique progressif à souhait, des gammes Hindou, du Jazz Fusion, de l'Electro et même du Rock. Amateurs des multiples contre temps et des effets en cascade vous allez être servis. Ce qui m’a frappé le plus, c’est bel et bien l’aisance et la vélocité du jeu de guitare de ce jeune indien qui, par la même occasion, a démontré qu’il est un compositeur de haute volée à travers un jeu de batterie varié et puissant, des lignes de basse truffées de plans des plus ingénieux, le tout parfumé par de splendides touches symphoniques et électroniques. La production est assez bonne pour un groupe de Metal underground, basé en Inde qui plus est…
L'album conceptuel débute par une intro qui comporte un jeu de piano qui fait dans la délicatesse sous un fond symphonique assez bien exécuté.

Puis Vishal annonce les couleurs avec Cyborg Activation dont l’entame est très puissante et le rythme est fort saccadé. L'alternance entre Death Progressif et Electro est réussie mais s’avère quelque peu répétitive au fil de l’album. Surgit alors Greenhouse Effect, un titre ayant la même structure que son prédécesseur mais qui dégage plus d’agressivité et de frénésie. Ce morceau comporte un passage Electro assez lugubre suivi d’une mélodie orientale accompagnée d’une voix accentuant ainsi la touche ethnique, véritable marque de fabrique de cet album. Vient ensuite le titre phare de cet album, Abolishing The Obsolete System, conservant la même élasticité du tempo. Vishal Singh débute ses prouesses techniques avec un solo typiquement Indien aussi beau que court. Le passage Electro est cette fois-ci beaucoup plus atmosphérique rappelant ainsi du Jean Michel Jarre. Le morceau suivant, Phase Cancelled, est le plus hybride et il mélangeait des riffs assez Jazzy, d’autres Hindou très entrainants.

L’avant dernier titre, Swallowing The Infected Syn est peut-être le maillon faible de ce full-length. En effet, il incorporait quelques parties de Growls et de voix criardes de très mauvais goût sur un fond ringard faussant ainsi le rendu total. Mais ça reste dédommageable avec le dernier chapitre de ce thème intitulé Post War Symphony, un morceau acoustique raffiné et simple qui vient clore cet album en toute beauté.

Pour résumer le tout, on peut dire que le talent a pris le dessus sur le manque de moyens et que Abolishing The Obsolete System est une merveille d’éclectisme. J’attends de pied ferme la prochaine œuvre de cet artiste qui sortirait courant 2010 en collaboration avec l’ancien batteur de Modulus, Jim "Drumblast" Richman et son autre projet intitulé Acrophase en compagnie de Luke Jaeger, la tête pensante de Sleep Terror.

15/20
Par Satch

MySpace

You have no rights to post comments

The most visited gambling websites in The UK