Menu

Chronique : Black Elegy - Deconstruct : Reconstruct (EP)

  • Written by Super User
  • Parent Category: Reviews
  • Category: B
  • Hits: 2056

User Rating: 0 / 5

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 

Band : Black Elegy

Release : Deconstruct : Reconstruc (EP)

Year : 2009

Country : Germany

Genre : Gothic/Doom Metal

Label : Independent

Note : 15/20

Tracklist :
01.Deconstruct - Turning The Tides
02.Reinventing Interpretation
03.Reconstruct - Mare’s Nest

   C’est sur un carrosse dont on peine à compter les roues que cette nouvelle formation allemande se fraie un chemin dans un Gothic Metal aux influences plus que variées qui est loin de laisser indifférents ceux qui scrutent le potentiel des groupes underground prometteurs.

Étant donné que l’esprit général de l’album est de présenter une musique un peu hétéroclite sans être disparate, multicolore sans être saugrenue, il est donc compréhensible que l’on cherche à chaque fois à attacher l’auditeur dès le début du jeu, en tirant le rideau de manières différentes sur les titres. Ainsi, et dès les premières écoutes, on ressent l’attention et le soin particuliers accordés aux intros. Premier morceau, "Deconstruct : Turning The Tides".

Intro de guitare acoustique bercée au fond par un clavier à la mélodie mélancolique qui nous enfonce subtilement dans une retenue de souffle préludant la déferlante vague de polyvalence de répertoire sur laquelle surfera désormais tout le reste de l’album. Aussitôt, le curieux mélange des genres est annoncé et se prolonge jusqu’à "Reconstruct : Mare’s Nest" qui s’ouvre à l’auditeur par un Doomish-style à mélodie un peu "orientale", au rythme lourd et saccadé qui se continue par une guitare pesante et un tempo de pédales dont la rapidité, bien que se faisant discrète par rapport au jeu de guitare qui prend le dessus, est loin de passer sans nous imprégner d’un air de Death à tendance technique souligné par une musique aux passages un peu déstructurés, ou peut être "déconstruits" pour empreinter le terme du titre de l’album. Originale et sans excès, c’est ainsi que la dimension exotique de l’album commence à tisser son filet. Et entre les mailles, voilà que s’érige le chant caverneux inflexible, tranchant et sec de Fabian Schmidt, déroulant le tapis rouge à Ann Kristin qui fait alors démonstration d’un chant vif et vigoureux dont la clarté miroite si bien et sans flatterie excessive le talent de l’artiste.

"Reinventing Interpretation" est un morceau dont le titre résume un peu le sujet des paroles de l’album, chargées d’un air critique envers les croyances religieuses. La recherche thématique d’une ré-inventation de l’interprétation religieuse se voit ici épaulée au niveau technique par une recherche équivalente d’une ré-inventation stylistique de l’interprétation de plusieurs registres musicaux à la fois, tant au niveau de la composition que l’exécution.

Certainement, ce n’est pas vraiment quelque chose de super-innovant qu’ils présentent mais il faudrait admettre qu’il y a dans l’alternance du chant masculin/féminin quelque chose de plus que les combinaisons classiques du genre. Aussi, avec des arrangements d’une complexité bien soignée, c’est un style de jeu opulent et riche qui défile pendant les trois titres d’environ 8-9 minutes chacun, car l’étalage de tant d’influences exige une certaine générosité dans le temps alloué à chaque morceau mais aussi de l’assurance et de la cohérence. Ce ne serait par exemple pas un fait du hasard si vous tombez à maintes fois sur des passages de clavier dont la mélodie se confond avec une fureur à l’énergie bien dosée, et vos oreilles ne se lasseront jamais du tri-partite mariage Gothic/Death/Doom sans cesse célébré au cours des titres de l’opus.

C’est une entrée sur scène encourageante, exécutée avec beaucoup de maitrise. Être alors optimiste quant à l’avenir de cette formation ne serait donc pas un luxe.

15/20
Par Hypnos

MySpace

You have no rights to post comments

The most visited gambling websites in The UK