Menu

Chronique : Epica - Design Your Universe

  • Written by Super User
  • Parent Category: Reviews
  • Category: E
  • Hits: 2015

User Rating: 0 / 5

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 

Band : Epica

Release : Design Your Universe

Year : 2009

Country : Netherlands

Genre : Gothic Symphonic Metal

Label : Nuclear Blast Records

Note : 18/20

Tracklist:
01.Samadhi (Prelude)
02.Resign To Surrender (A New Age Dawns Part IV)
03.Unleashed
04.Martyr Of The Free Word
05.Our Destiny
06.Kingdom Of Heaven (A New Age Dawns Part V)
07.The Price Of Freedom (Interlude)
08.Burn To A Cinder
09.Tides Of Time
10.Deconstruct
11.Semblance Of Liberty
12.White Waters
13.Design Your Universe (A New Age Dawns Part VI)

   Voilà qu’enfin le tant attendu Design Your Universe des Epica voit le jour peu de temps après la sortie de leur live album The Classical Conspiracy.
Et la première chose qui nous marque à l'écoute de cet nouvel opus, c'est cette capacité incroyable qu'a le groupe de s'améliorer d'un album à un autre tout en augmentant de façon vraiment remarquable la dose d'agressivité au point de toucher un peu le Metal Extrême sur cet album qui marque la maturité d’Epica avec des améliorations sur absolument tout les plans.

On commence tout d’abord par le nouveau venu au sein du groupe, à savoir le guitariste Isaac Delahaye, et tout comme le batteur Ariën Van Weesenbeek qui a intégré le groupe il y a deux ans déjà, sont issus de la scène Death Metal Hollandaise puisque les deux sont des ex membres de God Dethroned, et quand on dit Death Metal on dit forcément puissance, agressivité et des riffs ravageurs, et c'est exactement ce qu'on trouve à notre plus grand plaisir sur le nouveau bébé des Epica. Voilà l’exemple parfait d’un guitariste qui a su dès son arrivée imposer sa touche personnelle et son propre style de jeu au groupe, chose qui les a poussé encore plus vers le haut avec un jeu de guitares plus riche, plus varié, plus énergétique et surtout avec et pour la première fois dans le répertoire d'Epica de très bons solo sur la plupart des titres (si on ne tient pas compte bien sûr du seul et unique Solo sur le précédent album effectué par un Guest).

Une autre amélioration, coté orchestration cette fois qui est largement plus dosée. Plus question de ces riffs habituels d'Epica où le synthé prend le dessus et éclipse tout les autres instruments, à présent c’est bien équilibré selon les riffs, tantôt il se retire complètement et laisse la piste aux autres et d'autres fois il se met un peu plus en avant sans pour autant cacher le jeu des autres instruments.
Le chant quant à lui ne contredit pas cette règle d’amélioration puisque la voix de Mark et celle de Simone sont nettement plus maitrisées mais pour cette dernière il y a un coté qui me déplait franchement, c’est sa façon de chanter Rock ou même parfois Pop, bon c’est vrai que ça témoigne d'un grand travail et du fait qu'elle a bien progressé et que ça voix est plus maniable et j'en passe mais, et ça reste un avis personnel, je préfère de loin son mezzo-soprano qui marie beaucoup mieux la musique du groupe, surtout quand c'est soutenu par des chœurs, là c'est un vrai régale comme sur la fameuse Kingdom Of Heaven. Et tant qu'on parle des chœurs, il faut bien noter leur magnifique diversité qui va des ensembles à voix féminine à ceux en voix masculine en passant par des chœurs mixtes et même, pour la 1ère fois, des chœurs Grégorien comme sur le titre Martyr Of The Free Word.
Et à coté de tout ça le groupe a gardé cette touche orientale, caractéristique du précédent album, sur certains titres de ce nouvel opus comme entre autre le captivant chant arabisant de Simone sur Martyr Of The Free Word ou encore Burn To A Cinder avec l’utilisation du Kanoun en accompagnement au chant de la rouquine, sans oublier les divers mélodies orientales au synthé sur pas mal de riffs.

Coté titres on aura droit, à ma plus grande déception et tout comme Never Enough sur le précédent album, à un titre qui sort un peu du lot, qui est plus accessible grand public, avec un jeu de guitare à la Within Temptation, des mélodies facilement mémorables et qui est soutenu par un clip, bref une chanson commerciale en un mot, il s'agit là de Unleashed que je trouve la pire de tout l’album. Et toujours comme les précédents albums, le groupe nous a réservé deux ballades dont une en duo avec Tony Kakko des Sonata Arctica, qui est à mon avis moins réussie que leur fameuse ballade sur l'album Consign To Oblivion en duo avec Roy Khan des Kamelot. Bon à vrai dire je n’ai jamais été fan des ballades d'Epica donc je ne vais pas trop tarder sur le sujet.

Et c’est là qu’arrive le moment pour parler de la superbe Kingdom Of Heaven, un vrai chef-d’œuvre de 13 minutes! A vrai dire dès que j’ai consulté la playlist avant d’entamer l’écoute, je me suis dis mais qu’est ce qu’un groupe comme Epica peut nous présenter en 13 minutes, ça sera surement ennuyant et du surdosage. Mais à ma plus grande surprise c’était une vraie claque, un pure bijou à tendance progressive, parfait pour faire bouger son cou, pour savourer de bonnes mélodies, des Growls et des Chœurs frissonnants, un titre qui a fait le tour de plusieurs genres de Metal comme le Black Sympho, le Death Metal, le Metal Progressive et même un passage acoustique un peu Jazzy à la Opeth. Bref à écouter d’urgence!
Et tant qu’on parle des bijoux de cet opus, ne ratez surtout pas Semblance of Liberty l’un des titre les plus extrêmes de toute la carrière d’Epica, et l’arabisante Burn To A Cinder sans oublier Resign To Surrender avec son intro juste après les chœurs qui rappelle les derniers Dimmu Borgir ou encore Martyr Of The Free Word.


Après le split-up des After Forever, la régression et l'orientation plus Pop de Sirenia et Within Temptation, les approches Electro des Nemesea et j'en passe, après tout ça je peux confirmer qu'Epica se placent à présent magistralement sur le trône du Gothic/Symphonic Metal mondiale, une place bien méritée et qui se confirme avec Design Your Univerese, un vrai chef-d’œuvre qui restera à jamais dans les anales du Metal marquant la maturité de ce groupe Hollandais qui vise toujours le mieux au plaisir de ces Fans.

18/20
Par Gothicos

Site Officiel 
MySpace


You have no rights to post comments

The most visited gambling websites in The UK