Logo

Chronique : Fearbringer - Simula et Dissimula

User Rating: 0 / 5

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 

Band : Fearbringer

Release : Simula et Dissimula

Year : 2005

Country : Italy

Genre : Epic Black Metal

Label : Officina Rock

Note : 05/20

Tracklist :
01.Staring At The Towers fall
02.Double Array Creation
03.Conspiracy
04.Towards The Altar
05.The Revolt
06.The Circle Of Traitors
07.Immortality Through Black Metal
08.Night Over Florence
09.Le Notti Del Peccato (live)
10.The Mad Nun (live)
11.Perverted Holy Hands (live)

    Cet album traîne depuis des mois dans ma piaule... que j'ai, par ailleurs, totalement réorganisée. Mais ce n'est pas le sujet.

TATATATATATATATATA. Fearbringer est un groupe italien dont l'existence est justifiée par un combat : dénoncer les abus du clergé, selon leur site (que je vous conseille par ailleurs de visiter ! A force de cliquer un peu n'importe où, on arrive même sur un index en anglais !).

TATATATATATATATATATATATATATATATA. La formation italienne présente tout de suite le concept historique, avec une intro très Pagan, instruments folkloriques compris).

Et la partie Black Metal commence avec Double Array TATATAATAATATATAATATATA Creation. TATATATATATATATA. TATATATATA. Sur un riff dominé par une basse sans la moindre saveur TATATATATATATATA, une voix Black très classique et somme toute relativement chiante fait sa timide apparition.
TATATATATA. TATATATATA. Cette putain de boîte rythmique commence à très légèrement me taper sur le système nerveux.
Non seulement je hais le son des boîtes rythmiques, mais la partie "batterie" ne varie qu'à peine, du début à la fin de l'album. TATATATATA.
Au hasard de la progression du morceau auquel je ne comprends pas grand chose vient se rajouter une voix claire à la limite du déontologiquement acceptable. TATATATATATATA.

Deuxième morceau, légère impression de déjà vu... Le riff de batterie me semble commun, allez comprendre pourquoi.

Que dire... que dire... La voix est très quelconque et pas franchement maîtrisée, la basse ne sort pas du lot, les interludes folk sont dignes de Bézu complètement saoul, j'ai déjà parlé de la boîte rythmique, hmmm...
Oui. On peut bien dénoter ça et là de très bonnes idées à la guitare, gâchées d'ailleurs par tout le reste. TATATATATA.

Tout bien réfléchi, Fearbringer (qui est aussi le nom du musicien derrière Fearbringer) a sans doute été trop ambitieux. De bonnes idées limitées par :
Un manque profond de technique, et de moyens, à en juger par la production très moyenne pour un album de 2005. Eh, je n'y peux rien au fait qu'il soit pauvre, j'attends du vingt-et-unième siècle autre chose que des démos de Moonblood, et importe peu que je sois ou non fan de ce groupe.

Fearbringer est donc un groupe moyen. Pas tout à fait mauvais, pas franchement bon, juste moyen. Plat. Neutre. ... chiant, en fait.

Sachez, chers lecteurs, que cette chronique est à la hauteur de l'album. Ce sera tout.

05/20
Par Frozen

Site Officiel
MySpace

© Metal Waves VptV 2007-2016