Menu

Chronique : John Wilkes Booth - Sic Semper Tyrannis

  • Written by Carm Ziofa
  • Parent Category: Reviews
  • Category: J
  • Hits: 71124

User Rating: 0 / 5

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 

Band : John Wilkes Booth

Release : Sic Semper Tyrannis

Year : 2008

Country : USA

Genre : Punk / Stoner Rock

Label : TTT Records

Note : 12/20

Reviewer : Carm Ziofa

Tracklist :
01.Eye Rack
02.Breathing For No Reason
03.Smack For Larry
04.Hey Girl
05.The Inner Workings
06.Rats In My Room (Aunt Hildegard)
07.Number 7
08.Only The Facts
09.The Jesus Song
10.Albino Mechanic
11.Intro (The Harshest Return)
12.Loneliness Is Pure
13.Dense
14.Haze
15.Unknown Waiting

   John Wilkes Booth
présente deux facettes : celle de l’assassin du président Lincoln le 14 avril 1865 qui en s’enfuyant cria "Sic Semper Tyrannis", "ainsi en est-il toujours des tyrans" et ce quatuor venu de Long Island dont le premier opus "Sic Semper Tyrannis" parait en 2008 après un premier EP 4 titres sorti en 2006.

Alors du coup, on peut se poser la question du discours que tient ce groupe dans ses textes compte tenu que Lincoln fut à l’origine de la fin de la guerre de Sécession, libérant ainsi les esclaves tandis que John Wilkes Booth lui était hostile et contraire.

Bonne nouvelle : les textes ne soutiennent pas l’esclavage du XIXème siècle aux États Unis et ne font pas l’apologie du racisme. Le désespoir, la religion, la noirceur sont plutôt les thèmes de prédilection du groupe américain John Wilkes Booth.
Ces éléments étant évacués, nous pouvons maintenant nous concentrer sur l’aspect musical de ce premier opus "Sic Semper Tyrannis". Punk et Stoner Rock sont les ingrédients de cet album, à la manière d’un Danko Jones, d’un Henri Rollins et de sa Rollins Band voire même de Gun.
"Eye Rack" démarre cet album de façon très efficace : un Stoner rapide, entraînant aux guitares très Hendryxiennes et un chant à la frontière entre le parlé et le chanté. Le pont nous fait même parfois penser aux Doors.

Le très court "Smack for Larry" (2mn5s) montre tout le talent rythmique de John Wilkes Booth en version acoustique, le riff de "Hey Girl" ressemble au "Préfabriqués" de Trust, les riffs lourds et puissants de "Rats in My Room" nous embarquent dans un univers Punk au chant très contestataire.
Le début très intéressant de l’album s’estompe à partir du 7ième titre : en effet, dans cette partie centrale John Wilkes Booth montre son visage le plus expérimental mais particulièrement ennuyant, comme si le groupe cherchait sa voie dans une sorte de jam improvisée, à l’instar de "The Jesus Song" et "Intro (Harshest Return)".

Il nous faut attendre le 12ième titre pour retrouver un peu de fougue et d’énergie avec "Loneliness is Pure" malgré le son pourri des guitares (on dirait plus un titre démo) et avec le dernier "Unknown Waiting" aux guitares très Hendryxiennes. L’album ne re-décollera plus et les titres de cette deuxième partie d’album semblent être des fonds de tiroir !

Avec un nom aussi provocateur, il est normal que John Wilkes Booth fleurte avec le Punk et le Stoner. "Sic Semper Tyrannis" reste malgré tout un album un peu faible, trop long, malgré les 6 premiers titres très prometteurs. Un EP 6 titres aurait bien fait l’affaire. Tout reste à confirmer sur un prochain album.

12/20
Par Carm Ziofa

MySpace

You have no rights to post comments

The most visited gambling websites in The UK