Menu

Chronique : Xipe Totec - Rebirth Into Essence (EP)

  • Written by Super User
  • Parent Category: Reviews
  • Category: X
  • Hits: 864

User Rating: 0 / 5

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 

Band : Xipe Totec

Release : Rebirth Into Essence (EP)

Year : 2010

Country : Italy

Genre : Atmospheric/Technical Death Metal

Label : Independent

Note : 17/20

Tracklist:
01.Sarpasattra   
02.Cosmic Sacrifice   
03.The Heretic Of Tenochtitlan   
04.Ipalnemoani
05.From The Abyss To The Cosmos

   Xipe Totec
est un jeune groupe italien, qui après deux ans d’existence nous fait goûter au fruit de son premier EP intitulé Rebirth Into Essence.

En jetant un petit coup d'œil sur la pochette, l'artwork et les influences mentionnant entre autres Nile, Karl Sanders, Behemoth, Lykathea Aflame... Je me suis dit qu'il y aura sûrement quelques petites touches orientales. Mes soupçons furent confirmées dès les premières notes qui ouvrent pour cet opus; un riff avec des guitares acoustiques qui fait dégager l'odeur de l'orient. Le tempo passe à du mid-tempo avec l'entrée des autres instruments pour s'accélérer encore plus vers le troisième riff, et nous voilà enfin avec le son caractéristique des Xipe Totec, une musique bien agressive, rapide, puissante, et surtout technique, la crise sur le gâteau fut des mélodies orientales qui ne font qu'embellir le tout. Une légère nappe de synthé bien discrète est sur le menu également, qui contribue à la création de ce petit coté atmosphérique qu'évoque le groupe. Et pour clôturer ce petit chef d’œuvre qu'est Sarpasattra, le groupe nous propose un formidable solo qui sonne bien oriental pour repartir juste après sur le riff acoustique du début légèrement modifié.

Je m'attaque aux autres titres constituant cet opus avec une légère crainte vu que la barre a été mise très haute sur Sarpasattra, et en espérant que ce coté oriental ne soit pas qu'une petite empreinte éphémère. Je n'étais pas déçu, loin de là même vu que les Xipe Totec ont poussé encore loin cette touche orientale en incorporant à leur musique quelques instruments ethniques comme la darbouka ou encore la flûte, un instrument assuré par un guest en la personne de Linda Fabbri.
Cotés prestations individuelles, tout les membres de Xipe Totec font preuve d'une maîtrise parfaite de leurs instruments, le jeu coté guitares est bien enragé, technique et accrocheur à la fois avec pleins de mélodies arabisantes ici et là. Quant à la basse, elle est bien mise en avant et loin de passer uniquement à l'ombre des guitares, vu qu'elle prend le dessus souvent pour nous offrir de petits leads épatants qui me rappellent entre autres côté jeu et son le légendaire groupe Death avec Steve DiGiorgio. La batterie ne fait pas l'exception, le jeu est enragé, féroce, bien énergétique et assez varié notamment avec le jeu des cymbales, on a par moment l'impression que Matteo le batteur du groupe est une vraie machine vu la rapidité ainsi que la technicité avec laquelle il exécute les riffs, j'aimerai bien voir ce que ça donne sur scène, ça promet apparemment. Les rares pistes de synthé, bien sobres je trouve, ne font qu'enrichir et accentuer le côté atmosphérique.
Et en ce qui concerne le chant, il se fait à la tradition du Death Metal, une voix grave bien puissante et caverneuse avec parfois des petit screams en aigu à rappeler ceux de Corpsegrinder des Cannibal Corpse, sans oublier bien sûr le voix typique du Black Metal qu'on trouve sur les passages évoluant dans ce registre et qui sont loin d'être rares sur cet opus.

J'avoue que je suis un mordu du Metal Oriental et que je risque de craquer pour tout son agressif sculpté sur cette gamme, mais pour rendre à César ce qui est à César, et mis à part mes goûts, les Italiens de Xipe Totec font un énorme boulot, les riffs sont bien matures, bonnement structurés et arrangés. Même coté production rien à reprocher, on peut même dire que c'est parfait pour un EP autoproduit par le groupe lui-même de l'enregistrement à l'artwork en passant par le mixage et le mastering. Seul point d'exclamation, les thèmes tout comme le nom du groupe et qui contre toutes attentes et loin des sonorités caractérisants la musique du quatuor Italien, n'ont rien à voir avec l'orient et traitent plutôt de la mythologie Aztèque!

Pour finir, Rebirth Into Essence est l'une, si ce n'est pas, la meilleure découverte pour moi durant ce premier semestre. Vivement le Full-Length qui risque encore de me surprendre puisqu’en tenant compte des dires du groupe, il y aura une sacrée orchestration derrière. Enfin bref, en attendant cet album j'invite tous les fans du Metal Oriental à prêter oreille à cet opus, ça ne risque sûrement pas de vous déplaire.

17/20
Par Gothicos

MySpace

You have no rights to post comments

The most visited gambling websites in The UK